19.1 C
Port Louis
Monday, July 22, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

La Banque Mondiale Cesse De Prêter À L’Ouganda, Déclarant Que La Loi Anti-LGBTQ Est Contraire À Ses Lois

Doit Lire

La Banque mondiale a cessé de prêter au gouvernement ougandais en déclarant mardi que la nouvelle loi anti-LGBTQ de ce pays d’Afrique de l’Est était contraire aux lois de la Banque. De nombreux pays du monde entier ont condamné cette nouvelle loi.  

L’Ouganda a rejeté l’action de l’institution financière internationale, la qualifiant d’injuste et d’hypocrite.

Après l’entrée en vigueur de la loi en mai, une équipe de la Banque mondiale s’est rendue en Ouganda et s’est engagée à prendre des mesures supplémentaires pour s’assurer que les projets de l’institution dans le pays sont exécutés conformément aux normes environnementales et sociales de la Banque.

Dans un communiqué, la banque a déclaré : “Aucun nouveau financement public en faveur de l’Ouganda ne sera présenté à notre conseil d’administration tant que l’efficacité des mesures supplémentaires n’aura pas été testée”. Elle a ajouté que ces mesures, ainsi que d’autres, faisaient l’objet de discussions avec les autorités ougandaises.

La loi ougandaise contre l’homosexualité contredit fondamentalement les valeurs du Groupe de la Banque mondiale. Nous pensons que notre vision d’éradiquer la pauvreté sur une planète vivable ne peut réussir que si elle inclut tout le monde, indépendamment de la race, du genre ou de la sexualité. Nous restons déterminés à aider tous les Ougandais, sans exception, à sortir de la pauvreté, à accéder aux services vitaux et à améliorer leur vie”.

Le président de la Banque mondiale, Ajay Banga, qui a pris ses fonctions en juin après l’adoption de la loi ougandaise, a été mis sous pression pour qu’il réagisse. Le 15 juin, 170 organisations civiques ont demandé à M. Banga de prendre “des mesures spécifiques, concrètes et opportunes” en réaction au projet de loi anti-LGBTQ en Ouganda, et notamment de cesser d’accorder des prêts.

Okello Oryem, ministre des affaires étrangères de l’Ouganda, a accusé la banque d’hypocrisie en affirmant qu’elle accordait des prêts à des pays du Moyen-Orient et d’Asie qui appliquaient des interdictions similaires ou plus strictes à l’égard de l’homosexualité.

À cet égard, il a déclaré : “De nombreux pays du Moyen-Orient ne tolèrent pas les homosexuels, ils les pendent et les exécutent, aux États-Unis d’Amérique, de nombreux États ont adopté des lois qui s’opposent à l’homosexualité ou en limitent les activités… alors pourquoi s’en prendre à l’Ouganda ? La Banque mondiale a été mise sous pression par les impérialistes habituels”.

À la fin de l’année 2022, la Banque mondiale avait accordé à l’Ouganda 5,4 milliards de dollars au titre de l’Association internationale de développement, notamment pour de nombreux projets dans les domaines de la santé et de l’éducation, sur lesquels la nouvelle loi pourrait avoir un impact.

Même si les nouveaux prêts ont été suspendus, le portefeuille actuel continuera à effectuer des paiements, selon une source de la Banque mondiale.

La Société financière internationale et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) ne soutiendront que les projets du secteur privé qui iront de l’avant “de manière sélective”, a déclaré la banque dans un message distinct adressé au personnel et obtenu par Reuters.

Elle a ajouté que des mesures supplémentaires seraient prises par la SFI et l’AMGI pour “assurer l’inclusion et la non-discrimination si nécessaire”.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles