23 C
Port Louis
Monday, July 15, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Réunion Des BRICS En Afrique Du Sud ; Poutine N’y Participera Pas

Doit Lire

Les dirigeants du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud (BRICS) doivent se réunir en Afrique du Sud la semaine prochaine pour réfléchir à la création d’une force mondiale regroupant des nations représentant un quart de l’économie mondiale, afin de contester la domination de l’Occident. 

Le président russe Vladimir Poutine ne participera pas à la réunion. La Cour pénale internationale (CPI) a lancé un mandat d’arrêt à l’encontre de M. Poutine. Entre-temps, les dirigeants des BRICS envisagent d’élargir la composition du bloc à diverses nations du “Sud global” désireuses d’y adhérer.

Le sommet des BRICS se tiendra en Afrique du Sud du 22 au 24 août, en présence du président chinois Xi Jinping, du président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva et du premier ministre indien Narendra Modi.

Le facteur fondamental qui unit les BRICS, par ailleurs très éloignés géographiquement et dotés d’économies distinctes, est la méfiance à l’égard d’un ordre mondial qu’ils perçoivent comme servant les intérêts des États-Unis et de leurs alliés des pays riches, qui approuvent des normes internationales qu’ils appliquent mais qu’ils ne respectent pas toujours.

Il n’y a pas beaucoup d’informations sur les sujets qui seront abordés, mais selon l’Afrique du Sud, plus de 40 pays ont exprimé leur intérêt à participer à la conférence, de manière formelle ou informelle. L’Arabie saoudite, l’Argentine et l’Égypte en font partie.

Le Brésil s’oppose à l’élargissement des BRICS, craignant qu’il n’affaiblisse le prestige de ce club déjà encombrant. La Chine souhaite élargir rapidement le bloc afin d’accroître son pouvoir géopolitique face aux États-Unis.

Le ministère chinois des affaires étrangères a déclaré dans une réponse écrite aux questions de Reuters qu’il “soutenait les progrès réalisés dans l’élargissement de l’adhésion et qu’il souhaitait que d’autres partenaires partageant les mêmes idées rejoignent rapidement la “famille BRICS””.

L’Afrique du Sud, l’allié le plus important de la Russie en Afrique, est impatiente d’accueillir de nouveaux membres, car la Russie cherche des alliés pour sortir de son isolement diplomatique à propos de l’Ukraine.

L’Inde est indécise.

BRICS – Objectif de la réforme de la gouvernance mondiale

Il s’agit du 15e sommet du groupe, dont le thème est “Les BRICS et l’Afrique”, en hommage à ses hôtes africains. Il met l’accent sur la manière dont le groupe peut forger des relations avec un continent qui se transforme rapidement en un champ de bataille pour la domination mondiale.

La semaine dernière, le ministre sud-africain des affaires étrangères, Naledi Pandor, a déclaré que les pays des BRICS voulaient faire preuve de “leadership mondial en répondant aux besoins de la majorité du monde, à savoir le développement et l’inclusion du Sud dans les systèmes multilatéraux”, ce qui semble être une attaque en règle contre l’hégémonie occidentale.

Les pays BRICS sont désireux de se positionner comme des alternatives à l’Occident en tant que partenaires de développement. Le ministère chinois des affaires étrangères a déclaré que l’objectif des BRICS était de “réformer les systèmes de gouvernance mondiale (pour) accroître la représentation … des pays en développement et des marchés émergents”.

En dédollarisant le système bancaire et en offrant une alternative aux institutions de Breton Woods lourdement condamnées, la Nouvelle banque de développement (NDB) du bloc vise à répondre aux critiques formulées à l’encontre du dollar.

Toutefois, en plus de dix ans, elle n’a accordé que 33 milliards de dollars de prêts, soit environ un tiers du montant que la Banque mondiale a promis d’accorder l’année dernière. En outre, elle a récemment été limitée par les sanctions imposées à la Russie, qui en est membre.

La monnaie des BRICS, que le Brésil a proposée au début de l’année comme alternative possible à l’hégémonie du dollar, n’est pas à l’ordre du jour, selon des responsables sud-africains.

Avec 40 % de la population mondiale, les pays des BRICS, à forte intensité de carbone, représentent à peu près la même quantité d’émissions de gaz à effet de serre. La question du changement climatique pourrait être abordée, mais les représentants du Brésil, de la Chine et de l’Afrique du Sud ont déclaré qu’ils n’en feraient pas une priorité.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles