23 C
Port Louis
Sunday, June 16, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Le Parlement Suisse Rejette Le Plan De Sauvetage Du Gouvernement Pour La Fusion Du Credit Suisse

Doit Lire

Le plan de sauvetage de 109 milliards de francs suisses (120,82 milliards de dollars) proposé par le gouvernement pour la fusion du Credit Suisse avec UBS a été rejeté par le Parlement suisse mercredi, laissant le sauvetage de la banque en faillite, planifié à la hâte, sans un accord parlementaire essentiellement symbolique.

Bien que la contribution du gouvernement au plan de sauvetage ait été acceptée par la chambre haute, la chambre basse, plus large, du parlement a résisté une fois de plus mercredi.

La chambre haute a été contrainte de trouver une solution lorsqu’elle s’est réunie à nouveau mercredi, car elle avait déjà rejeté les plans lors d’une session nocturne mardi.

La chambre haute a amendé le projet de loi mercredi matin afin de parvenir à un compromis, mais les députés de la chambre basse sont restés impassibles.

Le coprésident des sociaux-démocrates, Cédric Wermuth, a déclaré que le parti ne pouvait tout simplement pas approuver les fonds immédiatement avant le vote de la chambre basse.

Le vote est une critique d’apparat pour les autorités, dont le choix d’ignorer en grande partie les législatives nationales a suscité la colère de nombreux politiciens. Bien que la décision du gouvernement, prise en vertu de la loi d’urgence, ne puisse être annulée, le vote constitue une réprimande symbolique pour les autorités.

À la suite du vote, le ministère suisse des finances a déclaré que l’acquisition du Credit Suisse prévue le 19 mars n’était pas affectée par cette décision. En raison de la gravité de la situation, la délégation des finances du Parlement a déjà donné son accord contraignant au programme de soutien, a déclaré le ministère.

“Les fonds ont déjà été entièrement engagés”, poursuit-elle. Les législateurs qui ont soutenu l’approbation de l’accord se sont inquiétés pour la réputation de la Suisse.

“Ce que nous décidons dans le détail n’a pas vraiment d’importance, mais ce serait un mauvais signal si ces prêts étaient rejetés”, a déclaré Eva Herzog, membre du Conseil des Etats, la chambre haute, avant le vote.

La chambre haute a approuvé des révisions destinées à convaincre les sceptiques après une journée de débats controversés qui se sont prolongés jusqu’aux premières heures du jour dans chacune des quatre langues officielles du pays.

La Chambre haute a approuvé des révisions destinées à convaincre les sceptiques, après une journée de débats controversés qui se sont prolongés jusqu’au petit matin dans les quatre langues officielles du pays. L’objectif serait de réduire les risques créés par les banques importantes pour le système financier, telles que Credit Suisse et UBS pour la Suisse, en augmentant les exigences en matière de capital et en limitant les bonus, entre autres mesures.

La ministre des finances, Karin Keller-Sutter, a exhorté les législateurs à bien réfléchir avant de voter contre le sauvetage lors d’un discours au parlement mercredi. “Quel signal voulez-vous donner au niveau international, les institutions sont-elles fiables, accordez-vous de l’importance à la stabilité du marché financier dans un endroit où vous avez déjà un centre financier d’une certaine importance ? 

Lors d’une rare session d’urgence, les législateurs ont été convoqués à Berne, la capitale du pays, pour discuter de la réponse du gouvernement suisse à l’effondrement que de nombreuses personnes dans le pays ont attribué à la direction du Credit Suisse.

Le mariage surprise du mois dernier, au cours duquel la banque a été rachetée par sa rivale UBS pour 3 milliards de francs suisses et soutenue par plus de 250 milliards de francs de garanties et d’appuis, a fait l’objet de vives critiques de toutes parts.

Au grand dam des quelque 250 députés qui n’ont pas eu leur mot à dire, le gouvernement l’a approuvé en invoquant le droit d’urgence suisse. Au cours des trois dernières années, le recours au droit d’urgence s’est multiplié au point d’irriter Hansjoerg Knecht, membre de la chambre haute du Parlement.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles