19.4 C
Port Louis
Saturday, July 13, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Le Premier Ministre Britannique Rishi Sunak Et La Chef De L’ue Vont Finaliser Un Accord Sur Le Brexit

Doit Lire

La rencontre de lundi entre le Premier ministre britannique Rishi Sunak et la chef de l’Union européenne, Ursula von der Leyen, vise à finaliser un nouvel accord sur les dispositions commerciales post-Brexit de l’Irlande du Nord.

Bien qu’il ne soit pas certain qu’un accord aille suffisamment loin pour apaiser les critiques en Grande-Bretagne et en Irlande du Nord, il semble que plus d’un an de négociations intermittentes et parfois litigieuses entre Londres et Bruxelles sur une révision d’une partie de l’accord de sortie de l’UE en 2020 touche à sa fin.

Selon une déclaration commune publiée dimanche, “(Sunak et von der Leyen) ont convenu de poursuivre leur travail en personne en vue de trouver des solutions pratiques et partagées pour l’éventail de défis complexes autour du protocole sur l’Irlande et l’Irlande du Nord.”

“La présidente von der Leyen rencontrera donc le Premier ministre au Royaume-Uni demain”, ajoute le document. 

Sunak tente de réussir là où ses prédécesseurs Boris Johnson et Liz Truss ont échoué dans les négociations, mais la poussée risque d’entraver ses priorités intérieures, alors qu’il tente de renverser un important déficit de sondages d’opinion pour son parti conservateur avant une élection nationale qui est prévue pour l’année prochaine.

L’annonce d’un accord n’est probablement qu’un début, même s’il est conclu avec Bruxelles.

Des personnalités importantes en Irlande du Nord ont des critères élevés quant au type d’accord qu’elles accepteront, et les propres conservateurs de Sunak sont encore déchirés par les conflits liés au Brexit qui ont parfois rendu la politique britannique inopérante depuis la décision du pays de quitter l’UE en 2016.

La Grande-Bretagne a accepté le protocole sur l’Irlande du Nord avec Bruxelles dans le cadre de son accord de sortie afin d’éviter de mettre en œuvre des contrôles frontaliers qui divisent le long de la frontière terrestre de 500 km (310 mi) de l’Irlande avec l’UE.

Mais comme le protocole maintient l’Irlande du Nord dans le marché unique des biens de l’UE, il établit essentiellement une frontière pour certains biens en provenance de Grande-Bretagne.

Dans une série d’interviews accordées aux médias plus tôt dans la journée de dimanche, Dominic Raab, vice-premier ministre britannique, a affirmé que l’accord atténuerait les tensions commerciales en éliminant les inspections physiques des marchandises que l’UE exigeait auparavant.

Il a ajouté que l’accord visait à apaiser les craintes que l’UE puisse imposer à l’Irlande du Nord des réglementations qui seraient imperméables aux citoyens et aux dirigeants politiques de la région.

“S’il y a de nouvelles règles qui s’appliqueraient à l’Irlande du Nord, il doit être juste qu’il y ait un contrôle démocratique nord-irlandais sur cela”, a-t-il déclaré à la BBC.

Raab n’est pas allé jusqu’à déclarer que l’Irlande du Nord ne serait plus décidée par les tribunaux européens. Le parti unioniste démocratique (DUP), qui refuse actuellement de conclure un nouvel accord de partage du pouvoir en Irlande du Nord, en a fait l’une de ses principales exigences.

Le DUP a défini sept critères pour tout accord. Le Sunday Times, journal dominical britannique, a rapporté que, bien que M. Sunak soit certain que l’accord remplit ces conditions, le chef du DUP, Jeffrey Donaldson, est “disposé à rejeter l’accord”.

Sans le soutien du DUP, l’Irlande du Nord pourrait continuer à ne pas avoir de gouvernement décentralisé, ce qui indiquerait que l’un des principaux objectifs de Sunak pour la renégociation a échoué.

Le risque que le parti de Sunak se divise et que son plan pour l’économie, la réforme des soins de santé et la réforme de l’immigration déraille est accru par l’affirmation d’une faction eurosceptique du Parti conservateur selon laquelle elle suivra la décision finale du DUP.

Lorsqu’on lui a demandé si le Parlement voterait sur l’acceptation de l’accord, M. Raab a répondu que les législateurs auraient l’occasion d’exprimer leur opinion, mais il n’a pas spécifiquement garanti un vote.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles