19.2 C
Port Louis
Saturday, June 22, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

L’accord Sur Les Céréales De La Mer Noire Expire Après Le Retrait De La Russie, Ce Qui A Des Répercussions Sur Les Pays Pauvres

Doit Lire

La Russie s’est retirée lundi d’un accord visant à garantir le passage en toute sécurité des céréales ukrainiennes par la mer Noire. L’accord visait à faciliter le passage en toute sécurité des exportations de céréales à partir des ports ukrainiens et était en vigueur depuis le mois de juillet de l’année dernière. Après s’être retirée de l’accord, la Russie a mis en garde contre la non-garantie de la sécurité des navires ukrainiens. Les Nations unies ont interprété cette décision comme “un coup dur pour les personnes dans le besoin partout dans le monde”.

Dans le même temps, la Russie a également déclaré que la satisfaction de ses exigences, telles que l’amélioration des exportations de ses propres céréales et engrais, contribuerait à relancer l’accord sur la mer Noire. Dans sa déclaration, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a averti qu’un accord fonctionnant depuis un an pour faciliter les expéditions de la Russie avait été résilié. 

Dans un communiqué, le ministère russe des affaires étrangères a déclaré : “Ce n’est qu’après avoir reçu des résultats concrets, et non des promesses et des assurances, que la Russie sera prête à envisager le rétablissement de l’accord”. Il a également déclaré à l’Organisation maritime internationale (OMI), le bras armé des Nations unies, que ses “garanties pour la sécurité de la navigation” avaient été révoquées et que “des actions proactives nécessaires et des mesures de réponse pour neutraliser les menaces posées par le régime de Kiev dans la région seront prises”.

Lundi, les assureurs se demandaient s’il fallait cesser de couvrir les navires prêts à se rendre en Ukraine.

En réponse à la déclaration de la Russie, les prix à terme du blé et du maïs aux États-Unis ont chuté après avoir atteint des sommets en deux semaines. Les analystes ont déclaré qu’il y avait encore une chance que le contrat sur les céréales soit prolongé et que les marchés étaient pleinement conscients de la possibilité qu’il expire.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022 a perturbé les exportations de céréales en provenance de l’Ukraine et la Russie elle-même a interrompu ses propres exportations de céréales. Cette situation a entraîné une crise alimentaire mondiale en 2022. Pour lutter contre ce problème, les Nations unies et la Turquie ont organisé des discussions qui ont abouti à la signature d’un accord à Istanbul le 22 juillet 2022, en vertu duquel le passage en toute sécurité des exportations de céréales de l’Ukraine via la mer Noire serait facilité. La durée initiale de l’accord était de 120 jours, mais elle a été prolongée à plusieurs reprises, de sorte que l’accord est resté en vigueur pendant un an. La Turquie contrôle les routes maritimes de la mer Noire, tandis que l’Ukraine et la Russie comptent parmi les principaux exportateurs de céréales au monde.

La Russie a fait valoir que l’accord n’était pas en mesure de fournir une bonne quantité de céréales aux pays pauvres. Toutefois, les Nations unies ont rejeté cette idée et ont déclaré que l’accord leur avait tout de même été bénéfique, puisqu’ils ont reçu des denrées alimentaires à des prix inférieurs, ce qui représente une baisse de plus de 20 % au niveau mondial. 

En réponse à l’annonce de la Russie, M. Guterres a déclaré : “Des centaines de millions de personnes souffrent de la faim et les consommateurs sont confrontés à une crise mondiale du coût de la vie. Ils en paieront le prix.” Il a ajouté que les Nations unies continueraient à tenter d’obtenir de la Russie et de l’Ukraine un accès illimité aux marchés internationaux des denrées alimentaires et des engrais.

D’autre part, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy essaiera de renouveler les expéditions vers la mer Noire et le président turc Tayyip Erdogan place ses espoirs en M. Poutine qui, selon lui, pourrait vouloir prolonger l’accord et la discussion entre eux devrait avoir lieu au mois d’août. 

La plupart des pays ont poussé la Russie à poursuivre l’accord lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’Ukraine qui s’est tenue lundi. L’Ukraine a exporté environ 33 millions de tonnes métriques de maïs, de blé et d’autres produits de base dans le cadre de l’accord. Dimanche, le dernier navire prévu par l’accord a quitté l’Ukraine.

 

Un protocole d’accord de trois ans a été conclu en juillet 2022, par lequel les représentants des Nations unies se sont engagés à aider la Russie à exporter ses denrées alimentaires et ses engrais vers les marchés internationaux afin de la persuader d’accepter l’accord de la mer Noire.

Impact sur les pays pauvres

Les pays pauvres, dont beaucoup souffrent déjà de l’inflation, des chocs climatiques et des conflits, ont été ébranlés par la déclaration de la Russie selon laquelle elle quittait l’accord qui permettait aux céréales ukrainiennes de quitter les ports de la mer Noire.

Après la signature de l’accord, les prix du blé dans la capitale de la Somalie, Mogadiscio, qui avaient augmenté lorsque la Russie avait envahi l’Ukraine, ont baissé de 25 %. La déclaration de Moscou a suscité un sentiment de peur chez tous les habitants, y compris les agriculteurs, les boulangers et les personnes touchées par les guerres et les sécheresses dans le pays.

Selon les registres commerciaux de l’ONU, la Somalie a reçu 84 000 tonnes de blé de l’Ukraine en 2022, contre 31 000 tonnes en 2021, les donateurs ayant augmenté leur aide pour éviter une famine imminente dans certaines régions.

Le secrétaire permanent du ministère des affaires étrangères du Kenya, Korir Sing’Oei, a prédit de nouvelles augmentations des prix des denrées alimentaires, alors que le pays connaît actuellement la pire sécheresse depuis des décennies.

Les pays riches peuvent également ressentir la pression. En raison de l’augmentation des prix mondiaux du blé à la suite du conflit, qui a mis à rude épreuve le gouvernement qui fournit du pain subventionné à des millions de personnes, l’arrangement a profité à l’Égypte, qui est en moyenne le premier importateur mondial de blé.

En outre, il a entraîné une hausse des prix du pain non subventionné, ce qui a pesé sur les finances des familles qui avaient déjà connu des années d’austérité.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles