20.2 C
Port Louis
Wednesday, June 29, 2022

Download The App:

Read in English

spot_img

Etude Pétrolière : 793 MMbls (Millions De Barils) Ont Eté Estimés Dans La Zone Du Rift Des Seychelles

Doit Lire

Lors d’une conférence de presse présidentielle lundi, le président des Seychelles, Wavel Ramkalawan, a répondu à une question de la SNA demandant des informations concernant l’annonce, le mois dernier, d’un accord proposé pour l’exploration pétrolière par une compagnie pétrolière britannique dans les eaux territoriales des Seychelles.

La signature d’un accord d’exploration pétrolière avec Adamantine Energy Ltd, qui a son siège régional à Nairobi, au Kenya, a été approuvée par le Cabinet des ministres.

Ramkalawan a déclaré à la presse que le pays ne fait pour l’instant qu’encourager l’exploration pétrolière, mais que la protection de l’environnement et de l’océan reste essentielle pour la nation insulaire.

Ses commentaires ont attiré l’attention et, par conséquent, des précisions ont été demandées au ministre chargé de la pêche et de l’économie bleue, Jean-François Ferrari, qui signera l’accord avec Adamantine Energy.

Ferarri a souligné que le concept d’économie bleue concerne l’exploitation durable des ressources océaniques. En outre, 30 % de la zone économique exclusive (ZEE) des Seychelles a été déclarée zone de protection marine. L’exploration pétrolière reste toutefois dans le champ d’application de l’économie bleue, si elle constitue une forme d’exploitation durable des ressources océaniques.

“Si les grandes nations ne nous aident pas à trouver et à mettre en œuvre des solutions d’énergie verte, comme elles l’ont promis lors de grandes conférences internationales, nous n’aurons d’autre choix que de forer pour trouver du pétrole”, a déclaré le ministre Ferrari.

Il a ajouté que, pour l’instant, l’objectif principal est de découvrir ce que les Seychelles ont sous leurs eaux.

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie des Seychelles (SCCI), Oliver Bastienne, a salué la déclaration de M. Ramkalawan, car il avait écrit une lettre au président pour lui faire part d’un certain nombre de préoccupations qui doivent être prises en compte, compte tenu notamment de la position des Seychelles sur l’environnement et la protection des océans.

Bastienne a déclaré : “Nous sommes heureux de voir que le gouvernement réfléchit sérieusement à la question et nous accueillons favorablement l’idée d’utiliser ce moyen pour que le pays puisse bénéficier de tels engagements.”

Il a ajouté que la SCCI n’est pas complètement opposée à l’idée d’une exploitation pétrolière mais qu’une réflexion approfondie doit être menée sur la question afin de s’assurer qu’elle n’a pas d’impact négatif sur l’environnement et la pêche aux Seychelles.

Bastienne a envoyé un document de travail au président au nom de la SCCI, et parmi les préoccupations soulevées, il y a l’ensemble du processus, de l’exploration à l’exploitation et comment cela pourrait avoir d’immenses conséquences négatives sur l’environnement naturel et commercial.

“La SCCI est d’avis que l’exploration, le forage et toute autre activité associée ne devraient pas être entrepris à proximité d’une zone touristique, y compris les stations insulaires haut de gamme et à fort investissement”, a ajouté M. Bastienne.

En 2012, l’US Geological Survey (USGS) a conclu une étude pétrolière de la région de l’océan Indien occidental comprenant les Seychelles, la Tanzanie, Madagascar et le Mozambique. La présence d’un total de 793 MMbls (millions de barils) a été estimée dans la zone du rift des Seychelles, un archipel de l’océan Indien occidental.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles