23.9 C
Port Louis
Sunday, April 21, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Soodesh Callichurn: Raisons De La Résiliation Du Contrat De Betamax

Doit Lire

Le ministre du Travail, du Développement des ressources humaines et de la Formation, ministre du Commerce et de la Protection des consommateurs, M. Soodesh Satkam Callichurn, dans sa réponse à la PNQ du chef de l’opposition M. Xavier Duval, a exposé les raisons pour lesquelles le gouvernement a résilié le contrat avec Betamax.

A l’Assemblée nationale, le ministre a expliqué la décision fut prise en janvier 2015 par la STC de résilier le contrat d’affrètement avec Betamax Ltd, signé en 2009 par le gouvernement de l’époque pour une durée de quinze ans pour le transport des produits pétroliers de Mangalore, L’Inde à Maurice. Le ministre Callichurn a rappelé que la STC payait plus pour le fret avec Betamax Ltd qu’elle n’aurait pu payer sur le marché au comptant et après avoir examiné les clauses abusives de la société, le gouvernement a décidé de renégocier le contrat mais Betamax Ltd n’était pas disposée à le faire.

En outre, le ministre a souligné que la capacité totale du navire de Betamax Ltd, le Red Eagle, était de 64 300 tonnes métriques (MT) et que le fret payable pour chaque envoi de Red Eagle était composé de coûts tels que le fret de base, la soute,  le coût, les droits de port aux ports de chargement et de déchargement et les frais de surestaries. Le fret total, y compris tous les coûts ci-dessus payés pour Red Eagle au cours de la période 2011 à février 2015, a fonctionné en moyenne à 30,79 USD par MT, contre 21 USD par MT dans le cadre des accords précédents, a-t-il ajouté.

En outre, M. Callichurn a souligné que nonobstant toute fluctuation des prix et indépendamment du fait que le navire transportait ou non la pleine charge, STC devait payer à Betamax Ltd un taux de fret fixe et les frais de surestaries devaient être payés par STC. Betamax Ltd a également obtenu un droit de premier refus pour le transport de tout produit pétrolier que STC importerait au-delà de la capacité de Red Eagle, garantissant ainsi à Betamax Ltd un loyer annuel de 17,6 millions USD pour 100 % de la capacité de fret de son navire, indépendamment du fait que le navire a transporté une pleine charge pendant une période ininterrompue de 15 ans plus les coûts de carburant, les droits de port et les frais de surestaries indépendamment de la baisse des prix mondiaux du fret et du nombre moindre de voyages entrepris de Mangalore à Maurice. En outre, ils avaient la garantie d’une augmentation de 1,5% à partir de l’année 6 et de 2% à partir de l’année 10, a-t-il déclaré.

Le ministre a indiqué que les procédures judiciaires concernant la sentence en vertu de l’article 39 de la loi de 2008 sur l’arbitrage international ont commencé en juin 2017 en passant par le Centre d’arbitrage international de Singapour, la Cour suprême, pour finalement se terminer au Conseil privé le 14 juin 2021. Le Conseil privé a rendu son jugement pour annuler l’ordonnance de la Cour suprême de Maurice et autoriser la demande de Betamax Ltd de bénéficier de la sentence rendue par le Centre d’arbitrage international de Singapour.

Callichurn a souligné que les motifs avancés par le Conseil privé pour ce jugement sont les suivants : « La Cour suprême n’était pas habilitée à revoir la décision de l’arbitre sur la légalité du contrat d’affrètement en vertu des législations sur les marchés publics en vigueur à Maurice. ; et le contrat d’affrètement n’enfreignait pas la législation sur les marchés publics.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles