23 C
Port Louis
Monday, July 15, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Sommet États-Unis, Japon, Corée Du Sud : Le Président Américain Biden Et D’autres Dirigeants Condamnent L’agression Chinoise

Doit Lire

Les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud se sont engagés à renforcer leurs liens tant sur le plan militaire qu’économique. Vendredi, les trois pays ont décidé de renforcer leur coopération dans les domaines militaire et économique. À Camp David, le président américain Joe Biden et les dirigeants de la Corée du Sud et du Japon ont condamné conjointement le “comportement dangereux et agressif” de la Chine en mer de Chine méridionale.

Dans une démonstration d’unité et de force, les États-Unis et leurs alliés, le président sud-coréen Yoon Suk Yeol et le premier ministre japonais Fumio Kishida, ont organisé et participé au sommet contre le renforcement des pouvoirs de la Chine et les menaces militaires de la Corée du Nord.

Les trois nations ont convenu, dans une déclaration du sommet, de s’entraider rapidement en cas d’urgence et de coordonner leurs actions face aux difficultés régionales, aux provocations et aux dangers ayant un impact sur les intérêts communs.

D’ici la fin de l’année 2023, ils ont également accepté de mener des exercices annuels d’entraînement militaire et d’échanger des données en temps réel sur les tirs de missiles nord-coréens. Les nations ont convenu de tenir régulièrement des sommets trilatéraux.

Les accords politiques ne constituent pas une alliance tripartite officielle, mais ils représentent un pas courageux pour Séoul et Tokyo, compte tenu de leur animosité réciproque de longue date, due à l’occupation coloniale oppressive de la Corée par le Japon entre 1910 et 1945.

Les propos plus fermes que prévu des dirigeants à l’égard de la Chine ont été remarqués et devraient susciter une réaction de la part de Pékin, partenaire commercial essentiel de la Corée du Sud et du Japon.

Une nouvelle ère

Selon la déclaration, “en ce qui concerne le comportement dangereux et agressif de la République populaire de Chine (RPC) en mer de Chine méridionale, qui soutient des revendications maritimes illégales, nous nous opposons fermement à toute tentative unilatérale visant à modifier le statu quo dans les eaux de l’Indo-Pacifique”.

Lors du sommet, M. Biden a qualifié le site boisé de symbole du “pouvoir des nouveaux départs et des nouvelles possibilités”, ce qui est le cas depuis longtemps. C’est d’ailleurs à cet endroit que M. Biden a organisé le sommet. Lors d’une conférence de presse commune, il a déclaré : “Si j’ai l’air d’être heureux, je le suis, cette réunion a été formidable”. M. Biden a qualifié le sommet conjoint avec M. Kishida et M. Yoon de “nouvelle ère” pour les trois pays.

Il a félicité les dirigeants pour leur volonté politique de poursuivre la réconciliation. Le monde, a-t-il dit, se trouve “à un point d’inflexion, où nous sommes appelés à diriger d’une nouvelle manière, à travailler ensemble, à nous serrer les coudes”.

Il a ajouté : “Nous nous sommes tous engagés à nous consulter rapidement en réponse aux menaces qui pèsent sur l’un de nos pays, quelle qu’en soit la source. Cela signifie que nous disposerons d’une ligne directe pour échanger des informations et coordonner nos réponses chaque fois qu’une crise surviendra dans la région ou affectera l’un de nos pays.

“Ensemble, nous défendrons le droit international et nous nous opposerons à la coercition”, a déclaré M. Biden.

Kishida a indirectement parlé de la Chine, sans la nommer. Il a déclaré : “Les tentatives unilatérales de modifier le statu quo par la force dans les mers de Chine orientale et méridionale se poursuivent”, tout en ajoutant que la menace nucléaire et balistique nord-coréenne “ne fait que s’amplifier”.

Réaction de la Chine

Liu Pengyu, porte-parole de l’ambassade de Chine à Washington, a affirmé que la communauté internationale pouvait déterminer qui était à l’origine de l’escalade des tensions.

“Les tentatives visant à rassembler divers groupes d’exclusion et à introduire une confrontation en bloc et des blocs militaires dans la région Asie-Pacifique ne seront pas soutenues et ne rencontreront que la vigilance et l’opposition des pays de la région”, a-t-il déclaré.

Pékin avait déjà exprimé sa crainte que les efforts américains visant à approfondir les relations avec la Corée du Sud et le Japon n’accroissent les tensions et la confrontation dans la région.

La Chine affirme que Washington tente de l’isoler diplomatiquement et de l’encercler militairement, malgré le désir de la Corée du Sud, du Japon et des États-Unis d’éviter d’offenser Pékin.

Interrogé sur les accusations de la Chine, Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden, a répondu aux journalistes que l’objectif n’était “explicitement pas une OTAN pour le Pacifique” et qu’une alliance trilatérale n’avait pas été définie comme un objectif explicite.

La Maison Blanche souhaite que les avancées entre la Corée du Sud et le Japon soient difficilement réversibles en institutionnalisant une collaboration de routine dans tous les domaines à la lumière des élections imminentes.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles