19.8 C
Port Louis
Wednesday, June 19, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Les Dirigeants De l’Afrique De l’Ouest Lèvent Les Sanctions Economiques Et Financières Imposées Au Mali

Doit Lire

Dimanche, les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont levé les sanctions imposées au Mali. Cette décision intervient après que les dirigeants militaires du Mali ont présenté une nouvelle loi électorale et proposé un calendrier de 24 mois pour la transition vers la démocratie.

Le Mali avait été frappé de sanctions économiques en janvier après que son gouvernement autoritaire eut déclaré qu’il n’organiserait pas les élections comme prévu initialement. Selon Reuters, le président de la Commission de la CEDEAO, Jean Claude Kassi Brou, a déclaré lors d’une conférence de presse que les sanctions seront levées immédiatement. Les frontières avec le Mali seront rouvertes et les diplomates régionaux retourneront à Bamako.

“Toutefois, les chefs d’État ont décidé de maintenir les sanctions individuelles et la suspension du Mali de la CEDEAO jusqu’au retour à l’ordre constitutionnel”, a déclaré M. Kassi Brou. Les sanctions visent les membres de la junte militaire et du conseil de transition.

Coupé du marché financier régional et de la banque centrale régionale, le Mali a fait défaut sur plus de 300 millions de dollars de sa dette en raison de la sévérité des sanctions.

La junte militaire du Burkina Faso s’est également engagée à rétablir l’ordre constitutionnel en 24 mois, ce qui a été accepté par les chefs d’État ouest-africains. Kassi Brou a déclaré qu’après une longue discussion avec la junte militaire du Burkina Faso, une nouvelle proposition de transition de 24 mois était plus acceptable, après que les dirigeants ouest-africains aient rejeté une proposition de transition de 36 mois.

Les sanctions économiques et financières contre le Burkina Faso ont également été levées, a-t-il ajouté.

En revanche, les dirigeants de la CEDEAO ont rejeté un plan de transition de trois ans proposé par les putschistes guinéens. Le coup d’État en Guinée avait eu lieu en septembre de l’année dernière. Les dirigeants ont nommé l’ancien président béninois Yayi Boni comme médiateur tout en exhortant les dirigeants guinéens à élaborer rapidement un nouveau calendrier de transition.

“Au-delà, des sanctions économiques seront imposées”, a ajouté Kassi Brou.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles