25.3 C
Port Louis
Tuesday, February 27, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Le Président Des Seychelles Plaide Pour “L’urgence Des Délibérations À Dubaï” COP28 Dans La Poursuite D’un Avenir Durable

Doit Lire

Le Président des Seychelles, Wavel Ramkalawan, a souligné l’urgence des délibérations en vue d’un avenir durable lors de la 28ème Conférence des Parties (COP28) à Dubai Expo City.

Dans son discours prononcé vendredi lors du segment de haut niveau pour les chefs d’État et de gouvernement, M. Ramkalawan a poursuivi son appel aux autres dirigeants du monde pour qu’ils saisissent ce moment pour inverser la tendance et forger un avenir durable et résilient pour les générations à venir.

“En tant que parties à la convention, nous nous sommes engagés à respecter des engagements tels que la promesse de 100 milliards de dollars, l’augmentation du financement de l’adaptation, le nouvel objectif collectif quantifié en matière de financement et, plus récemment, le Fonds pour les pertes et les dommages. Nous sommes encore à une autre CdP et je suis découragé de constater que la plupart de ces engagements n’ont pas encore été tenus malgré l’urgence requise pour faire face à la crise climatique”, a-t-il déclaré.

Ramkalawan a appelé les dirigeants à faire preuve d’une volonté politique inébranlable qui se traduira par des actions concrètes afin de limiter l’augmentation de la température mondiale au seuil critique de 1,5 degré Celsius.

Les Seychelles, un archipel de l’océan Indien occidental, font partie des petits États insulaires touchés par le changement climatique bien qu’ils ne contribuent que très peu aux émissions mondiales.

Comme de nombreux petits États insulaires en développement, 90 % des infrastructures et des activités humaines des Seychelles se déroulent le long des zones côtières de faible altitude, ce qui les rend vulnérables aux effets du changement climatique.

“La trajectoire actuelle signifie que l’économie des Seychelles risque d’être gravement compromise, ce qui nous oblige à consacrer des fonds indispensables à la protection de l’environnement, au lieu d’investir dans l’éducation, la santé, le sport, l’agriculture, la sécurité alimentaire, la modernisation et l’amélioration du niveau de vie de notre population”, a-t-il souligné.

Ramkalawan a déclaré qu’il était essentiel que le Fonds pour les pertes et dommages, pour lequel les Émirats arabes unis et l’Allemagne se sont engagés à verser 100 millions de dollars chacun au début de la COP28, soit équitable et réellement utile aux pays qui subissent des catastrophes liées au climat.

“Il devrait être suffisamment inclusif sans limiter l’accès au financement, en particulier pour les petits États insulaires en développement à revenu élevé comme les Seychelles. Nous avons besoin d’un mécanisme financier moins compliqué et moins complexe qui nous permette, à nous les PEID, d’accéder facilement à ces opportunités financières. Encore une fois, je demande que l’on tienne compte de nos circonstances particulières”, a-t-il ajouté.

Ramkalawan a déclaré qu’une récente étude complète portant uniquement sur les îles granitiques les plus peuplées des Seychelles a estimé qu’environ 22 millions de dollars étaient nécessaires pour les travaux d’infrastructure routière et d’autres mesures visant à atténuer l’érosion côtière.

“Notre NDC (Nationally Determined Contribution) actualisée a mis en évidence que 600 millions de dollars supplémentaires seront nécessaires au cours des 10 prochaines années, à la fois pour le secteur de l’atténuation et de l’adaptation, ce qui correspond à 5 % du PIB par an ou à 10 % du budget annuel”, a-t-il ajouté.

Il a une fois de plus souligné que les critères actuels utilisés pour accéder aux financements concessionnels placent les petits États insulaires en développement (PEID), tels que les Seychelles, dans une situation très désavantageuse dans le cadre des labels actuels.

“Il est urgent de réformer les institutions financières internationales multilatérales pour remédier aux conditionnalités restrictives. Cette réforme est nécessaire pour aider à financer les projets de lutte contre le changement climatique. En d’autres termes, le financement doit être plus facilement disponible, accessible et abordable pour soutenir ces projets”, a-t-il déclaré.

Ramkalawan a déclaré que les Seychelles sont néanmoins activement engagées dans la décarbonisation de leur secteur énergétique, y compris la transition vers la mobilité verte, et qu’en tant que champion de l’environnement, elles restent déterminées à sauvegarder leurs écosystèmes terrestres et marins.

“Nous protégeons 99 % de nos herbiers marins et 84 % de nos mangroves, ainsi que 50 % de nos rares terres émergées. Les récentes observations de baleines bleues dans nos eaux après plus de 60 ans prouvent que nos efforts de conservation créent un havre de paix pour la vie marine”, a déclaré le président.

Entre-temps, les Seychelles disposent d’un pavillon à l’Expo City de Dubaï, qui est ouvert à divers événements, notamment des présentations sur les projets d’écoles écologiques – où les jeunes enfants sont initiés aux clubs d’environnement – et un exposé sur les possibilités d’affaires durables.

La COP28 devrait s’achever le 12 décembre.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles