19.8 C
Port Louis
Wednesday, June 19, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

L’Afrique Doit Mettre Fin A Sa Dépendance Vis-A-Vis Des Importations De Produits Alimentaires Et Pharmaceutiques : Président De La BAD

Doit Lire

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a déclaré que l’Afrique doit mettre fin à sa dépendance aux importations de nourriture et de médicaments. Il a tenu ces propos alors que l’institution a approuvé la création d’une fondation pour la technologie pharmaceutique et a commencé à traiter les demandes d’aide alimentaire.

Frappées de plein fouet par les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19, les nations africaines sont confrontées à une inflation croissante et à des pénuries alimentaires dues à la guerre en Ukraine. Ils ont donc du mal à se relever de leur situation économique désastreuse.

S’adressant à l’agence Reuters en marge d’une réunion des dirigeants du Commonwealth à Kigali, M. Adesina a déclaré que “l’Afrique ne devrait pas se permettre de dépendre excessivement des autres, que ce soit pour les vaccins ou pour la nourriture. Le fait est que lorsque vous êtes dépendant des autres, vous êtes également très vulnérable à tout choc, quel qu’il soit.”

Pour éviter une crise alimentaire imminente, la BAD a approuvé une facilité de financement de 1,5 milliard de dollars pour la production alimentaire d’urgence. Ces fonds permettront à 20 millions d’agriculteurs africains de produire 38 millions de tonnes de nourriture.

Le président de la BAD a déclaré que les pays font déjà des demandes pour utiliser ces fonds. “Une fois que ces demandes sont soumises à notre conseil d’administration, elles sont rapidement examinées et approuvées, et l’argent sort par la porte “, a déclaré M. Adesina.

Pour développer les secteurs de la fabrication de produits pharmaceutiques et de vaccins en Afrique, le conseil d’administration de la BAD a approuvé cette semaine la création d’une nouvelle Fondation africaine pour la technologie pharmaceutique, qui permettrait à l’Afrique de tirer parti des droits de propriété intellectuelle, des technologies protégées et des innovations.

“L’Afrique importe 80 à 90 % de tous ses médicaments pour une population de 1,3 milliard de personnes. Nous ne pouvons pas et nous ne devons pas sous-traiter la sécurité sanitaire de l’Afrique à la bienveillance des autres”, a déclaré M. Adesina à Reuters.

La semaine dernière, l’Organisation mondiale du commerce a accepté une dérogation partielle aux droits de propriété intellectuelle afin de permettre aux pays en développement de produire et d’exporter les vaccins COVID-19, les rendant ainsi autonomes dans une certaine mesure.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles