23 C
Port Louis
Sunday, July 14, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Atelier De L’icac: Renforcement Des Capacités En Matière De Lutte Contre La Corruption Et De Recouvrement D’actifs

Doit Lire

La formation, le renforcement des capacités et la coopération internationale figurent en bonne place dans l’agenda du Groupe d’action financière (GAFI) dans le cadre du processus de retrait de Maurice de sa liste grise, a souligné, ce matin, le directeur général (DG) de la Commission indépendante contre la corruption (ICAC), le Dr Navin Beekarry. Il s’exprimait à l’ouverture d’un atelier de formation de quatre jours sur le renforcement des capacités de lutte contre la corruption et le recouvrement d’actifs, au siège de l’ICAC à Réduit.

La Haute Commissaire britannique à Maurice, Mme Charlotte Pierre, le Haut Commissaire à Maurice, Dr Kate O’Shaughnessy, le Directeur des poursuites publiques, M. Satyajit Boolell et d’autres personnalités étaient présents à l’ouverture.

Fruit d’une collaboration entre l’ICAC, le Centre international de coordination de la lutte contre la corruption (IACCC) et le ministère de l’Intérieur du Royaume-Uni (UK), avec le soutien de la Haute Commission britannique, l’atelier vise à renforcer les capacités des organismes locaux chargés de l’application de la loi et à consolider la coopération interinstitutionnelle nationale et régionale, ainsi que le rapatriement des avoirs souillés.

ICAC Workshop

Une délégation de formation dirigée par le directeur des opérations de l’IACCC, M. Danny Murphy, se trouve à Maurice pour l’atelier. Elle vise 28 participants issus d’organismes d’application de la loi tels que la Financial Intelligence Unit, la Mauritius Revenue Authority, la Mauritius Police Force, l’Integrity Reporting Services Agency, l’Office of the Director of Public Prosecutions, dont cinq participants issus d’organismes d’application de la loi des Seychelles.

Le Dr Beekarry a souligné qu’il s’agit du premier atelier organisé après la radiation de Maurice de la liste grise du GAFI, tout en soulignant que le pays a pu mettre en place des systèmes et adopter des mesures, et qu’il poursuivra ses efforts à l’avenir pour renforcer le système de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (LBC/FT).

Il s’est en outre attardé sur l’importance de la coopération internationale pour renforcer les stratégies de lutte contre la corruption et les crimes financiers, en particulier avec les fonds illicites qui se déplacent rapidement à travers le monde, les crypto-monnaies et la blockchain gagnant du terrain. La nécessité, a-t-il noté, est d’ajuster et d’adapter le système pour relever les défis avec de nouveaux modèles et cadres pour consolider la coopération.  Maurice travaille avec des pays au niveau régional et international comme le Royaume-Uni pour coordonner une réponse globale à la corruption, a-t-il ajouté.

Dr Navin Beekarry
Directeur général (DG) de la Commission indépendante contre la corruption (ICAC), Dr Navin Beekarry.

Le DG de l’ICAC a également évoqué le développement de la coopération informelle dans le monde de la lutte contre la criminalité financière. Une coopération informelle plus forte et plus efficace relie les canaux formels de coopération, a-t-il déclaré tout en ajoutant que toutes les institutions doivent unir leurs forces pour renforcer leur système afin de lutter efficacement contre la corruption.

Pour sa part, la Haute Commissaire britannique à Maurice, a rappelé l’expertise et l’assistance fournies par le Royaume-Uni à Maurice pour répondre aux normes techniques du GAFI et a indiqué que le Royaume-Uni continuera à soutenir Maurice pour qu’il devienne un leader régional dans la défense des meilleures pratiques de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Elle a mentionné que le renforcement des capacités est important et critique pour la durabilité, d’où la pertinence de l’atelier.  En tant que centres financiers régionaux et mondiaux, elle a souligné que les Seychelles et l’île Maurice sont confrontées à des défis similaires à ceux du Royaume-Uni.  L’île Maurice a démontré au cours des deux dernières années son engagement à poursuivre la lutte contre les failles financières illicites, en assurant un marché sûr et sécurisé pour les entreprises locales et internationales, a-t-elle ajouté.

Ms Charlotte Pierre
Le Haut-Commissaire britannique à Maurice, Mme Charlotte Pierre.

Quant à M. Murphy, il a indiqué que l’atelier vise à accroître la sensibilisation et la coopération en matière de grande corruption et à partager les meilleures pratiques internationales en matière de coopération internationale et de création de réseaux de confiance afin de faire la différence. Les discussions porteront également sur les défis que représente le travail sur des affaires complexes de grande corruption impliquant des techniques de blanchiment d’argent de plus en plus compliquées.

Dans une déclaration, le directeur des poursuites publiques, M. Satyajit Boolell, a souligné que l’atelier est une bonne initiative, conformément aux recommandations du GAFI en matière de formation et de renforcement des capacités. Il a donc déclaré qu’il sera bénéfique pour l’île Maurice que des enquêteurs internationaux chevronnés dirigent l’atelier.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles