23 C
Port Louis
Sunday, June 16, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Mali : La Mission De La Paix Des Nations Unies, La Minusma, Prend Fin Le 30 Juin

Doit Lire

La mission de maintien de la paix des Nations unies au Mali, qui s’est poursuivie pendant une décennie, prendra fin le 30 juin. Avant la fin de la mission, le Conseil de sécurité votera un projet de résolution selon lequel une force de 13 000 personnes aura six mois pour quitter le pays d’Afrique de l’Ouest. 

Les dirigeants militaires du Mali luttent depuis longtemps contre les forces de l’ONU. En juin, le ministre malien des affaires étrangères a demandé à la force de partir “sans délai”, ce qui coïncidait avec la fin prévue du déploiement de la MINUSMA.

Une opération qui a été entravée par des règlements gouvernementaux depuis que le Mali s’est associé à la force mercenaire russe Wagner en 2021 prendrait ainsi fin de manière abrupte. Il est reconnu que la mission de l’ONU a joué un rôle crucial dans la défense des civils contre une insurrection islamiste qui a fait des milliers de victimes.

Certains experts craignent que la situation sécuritaire ne se détériore si la mission laisse l’armée malienne sous-équipée seule avec seulement 1 000 soldats de Wagner pour faire face aux islamistes qui tiennent de vastes territoires dans le nord et le centre désertique du pays.

Après que le gang a tenté d’organiser, sans succès, une mutinerie en Russie, son pays d’origine, samedi dernier, les méthodes de Wagner ont également fait l’objet d’un examen minutieux. Yevgeny Prigozhin, le chef du groupe, a déclaré que l’organisation avait reçu l’autorisation de fonctionner au Belarus.

Le projet de texte stipule que la MINUSMA aurait jusqu’au 31 décembre pour procéder à un retrait “ordonné et sûr”, que le Conseil de sécurité examinerait ensuite avant le 30 octobre. Si cela s’avérait nécessaire, le Conseil pourrait alors “envisager un calendrier révisé en discussion avec le Mali”.

La mission principale de l’ONU consistera à protéger le personnel, les infrastructures et les convois de l’organisation. Le personnel de l’ONU recevrait des évacuations médicales de la MINUSMA.

Cependant, le document proposé donnerait également à la MINUSMA l’autorité, jusqu’à la fin de l’année, et – dans la mesure du possible – en coordination avec les autorités maliennes, “de répondre aux menaces imminentes de violence contre les civils et de contribuer à l’acheminement en toute sécurité de l’aide humanitaire sous la direction des civils dans son voisinage immédiat”.

Les 15 membres du Conseil débattent encore de la résolution rédigée par la France, mais les diplomates ont déclaré qu’aucune modification importante n’était prévue avant le vote de jeudi sur l’adoption de la résolution. La résolution doit recueillir au moins neuf voix et être approuvée sans le veto de la Russie, de la Chine, des États-Unis, du Royaume-Uni ou de la France.

Alors que le soutien à la MINUSMA a commencé à s’effriter parmi les nations occidentales depuis 2021, lorsque le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Suède ont déclaré qu’ils retireraient leurs troupes, la Russie et la Chine ont longtemps été considérées comme des sceptiques de la mission. Bien qu’elle dispose d’une armée distincte au Mali, la France l’a retirée l’année dernière en raison de divergences avec l’administration.

“Sous réserve de la décision du Conseil de sécurité, les Nations unies sont prêtes à travailler avec les autorités maliennes sur un plan de sortie de la MINUSMA”, a déclaré un porte-parole des opérations de maintien de la paix de l’ONU.

Il a précisé que des débats internes étaient en cours.

La MINUSMA a été créée en 2013 à la suite de l’occupation du nord du Mali par des rebelles séparatistes et des terroristes liés à Al-Qaïda. Les militants ont été contraints de fuir par les troupes françaises, mais ils se sont ensuite reconstitués. Depuis lors, le Mali est devenu la plaque tournante d’un mouvement violent qui s’est propagé dans toute l’Afrique de l’Ouest et a contraint des millions de personnes à fuir.

La MINUSMA est la mission de combat en cours la plus meurtrière des Nations unies, avec plus de 170 soldats de la paix morts dans le conflit. Avant que le Mali ne demande son départ, les Nations unies étaient censées prolonger son mandat d’un an ce mois-ci.

Les chefs militaires du Mali, qui ont renforcé leur contrôle par deux coups d’État en 2020 et 2021, et les civils ont reproché à l’armée de ne pas faire plus pour mettre fin aux tueries.

L’ONU a fait valoir à plusieurs reprises que les contraintes liées aux mouvements de troupes et d’avions l’empêchaient de mener à bien son mandat, notamment d’examiner les allégations selon lesquelles Wagner et l’armée malienne auraient violé les droits de l’homme ; ces allégations sont rejetées par les deux parties.

Lors de conversations cette année, de nombreux pays africains ont déclaré qu’ils souhaitaient que la MINUSMA poursuive ses activités et même qu’elle augmente la taille de ses troupes.

Elle a facilité les évacuations médicales des militaires maliens, protégé des villes encerclées par les militants, comme Gao et Tombouctou, et transporté par avion les dirigeants du gouvernement dans tout le pays pour les empêcher de traverser les zones de combat.

Les Accords d’Alger, signés en 2015, sont un accord de paix dont les signataires pensent aujourd’hui qu’il pourrait ne pas aboutir. Il a coordonné les discussions entre les groupes armés concurrents dans le nord et a contribué à la préparation des élections présidentielles qui, certains l’espèrent, seront couronnées de succès l’année prochaine.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles