28.5 C
Port Louis
Wednesday, April 24, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

L’Afrique Du Sud Retarde Ses Projets En Matière D’énergies Renouvelables Et N’atteindra Pas Les Objectifs De Paris En Matière De Climat D’ici 2030

Doit Lire

Selon trois hauts fonctionnaires, l’Afrique du Sud n’atteindra pas ses objectifs légaux en matière d’émissions de carbone pour 2030 dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat, car elle a l’intention d’exploiter huit centrales à charbon plus longtemps que prévu.

Avec l’une des émissions par habitant les plus élevées au monde, l’Afrique du Sud se classe au 11e rang mondial pour les émissions de gaz à effet de serre. Elle avait accepté de réduire ses émissions de 442 millions de tonnes en 2020 à un niveau compris entre 350 et 420 millions de tonnes d’ici 2030 dans le cadre des accords de Paris sur le climat, qui sont juridiquement contraignants.

L’électricité représentant la moitié de ses émissions, elle entendait y parvenir en mettant hors service huit centrales à charbon, dont six d’ici à 2030 et la dernière d’ici à 2034. Cependant, la transition vers une stratégie d’énergie renouvelable a été entravée par des retards bureaucratiques.

Les fonctionnaires, qui ont tous demandé à ne pas être identifiés car l’information n’était pas encore publique, ont affirmé que cet objectif était désormais irréalisable en raison d’un problème d’approvisionnement en électricité.

Un fonctionnaire du bureau du président a déclaré : “Nos modèles suggèrent que nous n’atteindrons pas l’objectif de 2030”, bien qu’il ait également mentionné qu’un nouvel objectif de déclassement pour 2035 était à l’étude. D’ici 2050, l’Afrique du Sud prévoit d’avoir des émissions nettes nulles.

Le gouvernement se consacre toujours à remplir ses obligations dans le cadre de l’Accord de Paris, selon le ministère de l’Environnement, qui soutient les ambitions climatiques. Il est prématuré de conclure que les objectifs de 2030 ne seront pas atteints, a-t-il ajouté.

Dans une réponse par courriel, le ministère a déclaré qu’il enverrait à l’ONU son rapport le plus récent sur les inventaires de gaz à effet de serre avant le début de la session de la COP28 à la fin du mois.

La décision de l’Afrique du Sud coïncide avec un certain nombre de pays riches et d’entreprises qui reviennent sur leurs engagements en matière de climat, et l’ONU a annoncé mercredi que la production de combustibles fossiles aura plus que triplé d’ici 2030 par rapport aux niveaux correspondant aux objectifs climatiques de Paris de 2015.

Mardi, l’auditeur général du Canada a déclaré que le pays ne parviendrait pas à respecter ses engagements de Paris pour 2030. En septembre, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a reporté de cinq ans l’interdiction de vendre de nouveaux véhicules à essence prévue pour 2030.

Les géants mondiaux de l’industrie pétrolière et gazière, BP, Shell et Exxon Mobil, ont entre-temps reporté ou renoncé à passer aux sources d’énergie renouvelables. L’année dernière, un certain nombre de pays européens ont redémarré leurs centrales électriques au charbon qui étaient restées inactives.

Crispian Olver, directeur exécutif de la Commission présidentielle sur le climat (PCC), a déclaré dans une interview à Reuters qu'”il est très difficile de retirer du réseau des centrales à charbon en activité au beau milieu d’une crise de l’électricité”. Il a exhorté l’Afrique du Sud à suspendre la proposition jusqu’à ce que la crise soit résolue.

En août, Kgosientsho Ramokgopa, le ministre de l’électricité, a déclaré aux journalistes que la mise hors service des centrales devait être reportée “compte tenu de la crise… à laquelle nous sommes confrontés et qui prend des proportions existentielles”. Au cours des dix-huit derniers mois, l’Afrique du Sud a connu des pannes d’électricité pouvant durer jusqu’à dix heures par jour.

Un porte-parole du PCC a reconnu que la prolongation de la durée de vie des centrales au charbon comportait des risques. Ces risques comprennent “la réduction de la compétitivité commerciale, la réduction de l’accès aux capitaux, la réduction de l’influence géopolitique… et la perte potentielle du soutien international existant”.

Lors de la COP28, une évaluation des objectifs climatiques des nations sera publiée par Climate Action Tracker (CAT), une organisation indépendante qui surveille l’état de l’Accord de Paris, selon Catrina Godinho, spécialiste du climat à la Banque mondiale et membre de CAT.

Le non-respect des objectifs en matière d’émissions “ne contribue pas seulement au changement climatique mondial… ils ont également des répercussions négatives sur les Sud-Africains qui vivent dans des zones fortement polluées par les centrales à charbon”, a-t-elle déclaré.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles