29.7 C
Port Louis
Monday, February 6, 2023

Download The App:

Read in English

spot_img

Lillka Cuttaree – Consultante Nationale Du PNUD : 6 Politiques Pour Réduire La Disparité Entre Les Sexes Dans Le Commerce

Doit Lire

Les femmes sont moins nombreuses à créer leurs entreprises à Maurice. Voici 6 politiques qui peuvent aider à inverser la tendance.

Pour permettre à un plus grand nombre de femmes entrepreneurs de saisir les opportunités qui leur sont offertes dans le cadre du Protocole Femmes de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA), le PNUD et les pays membres ont cherché à évaluer l’état de préparation des entreprises détenues par des femmes qui font ou ont le potentiel de faire partie de la chaîne de valeur régionale en Afrique en 2021. À Maurice, Lillka Cuttaree, spécialiste des politiques de genre et de l’entreprenariat, a été nommée consultante nationale par le PNUD pour rendre compte de la compétitivité et de la préparation à l’exportation des entreprises mauriciennes appartenant à des femmes.

Malgré le manque de données désagrégées sur les femmes dans le commerce à Maurice, Lillka Cuttaree a pu extraire des données précieuses d’institutions publiques et privées qui montrent que le nombre de femmes créant leurs entreprises diminue rapidement, confirmant ainsi la tendance relevée par le portail de données sur le genre de la Banque Mondiale. Elle a également constaté une présence marginale des grandes et moyennes entreprises dirigées par des femmes et appartenant à des femmes dans le secteur de l’exportation.

Le manque de données ventilées par sexe compromet la réponse politique

Les résultats de l’étude ont pris les décideurs politiques par surprise. Bien que l’on soupçonne que la plupart des femmes d’affaires locales sont engagées dans des secteurs domestiques et non évolutifs, le manque de données ventilées par sexe a empêché les décideurs politiques de comprendre et de mesurer l’ampleur des défis qui attendent les femmes entrepreneurs. Si Statistics Mauritius a collecté et produit des données sur les femmes dans l’éducation et l’emploi, il n’a pas inclus les femmes dans les affaires et le commerce.

Un nombre décroissant de femmes dans l’enregistrement des entreprises

Les données du département des sociétés et de l’enregistrement des entreprises ont montré que seulement 10% du nombre total d’entreprises enregistrées en 2020 étaient détenues par des femmes, contre 16% en 2018. Le portail de données sur le genre de la Banque Mondiale a montré qu’à partir de 2017, une baisse soudaine et inexpliquée a pu être observée. En effet, la part des entreprises appartenant à des femmes nouvellement enregistrées entre 2014 et 2017 est restée stable à 33% par an.

“Seulement 10 % du nombre total d’entreprises enregistrées en 2020 étaient détenues par des femmes, contre 16 % en 2018”.

Une autre constatation intéressante, malgré le manque de données désagrégées sur le sujet, est que seulement 2,5% des grandes et moyennes entreprises orientées vers l’exportation étaient détenues par des femmes. Les données provenant de sources telles que le Conseil de Développement Economique et la Mauritius Export Association (MEXA) ont montré que peu d’entreprises manufacturières étaient dirigées par des femmes et détenues par des femmes. Selon la MEXA, seuls 3 membres sur un total de 125 étaient dirigés ou détenus par des femmes.

L’étude a également révélé la vulnérabilité des petites entreprises à orientation domestique détenues par des femmes. Sur les 4112 petites entreprises enregistrées auprès de l’unité PME en 2020, 47% étaient détenues par des femmes, représentant un chiffre d’affaires annuel total de 1,3 milliard de roupies, soit 77% de moins que leurs homologues masculins.

Cependant, l’étude a également souligné la résilience et le courage des petites entités mauriciennes orientées vers l’exportation et appartenant à des femmes. L’étude indique qu’elles ont obtenu de meilleurs résultats que leurs homologues masculins. Les chiffres fournis par l’unité PME montrent que si seulement 36 % des entreprises orientées vers l’exportation étaient détenues par des femmes en 2020, elles ont réalisé 42 % du chiffre d’affaires annuel total.

En moyenne, les petites entreprises exportatrices appartenant à des femmes réalisaient un chiffre d’affaires de 3,2 millions de roupies par an, contre 2,5 millions de roupies pour les entreprises appartenant à des hommes. Les MPME appartenant à des femmes les plus performantes opéraient principalement dans les secteurs des technologies de l’information et de la bijouterie, ces deux secteurs représentant 50 % du chiffre d’affaires annuel total réalisé par les petites entités commerciales appartenant à des femmes et orientées vers l’exportation en 2020. Le secteur du textile, bien que traditionnel, a continué à attirer les femmes entrepreneurs. La majorité des entreprises appartenant à des femmes enregistrées auprès de l’unité PME opéraient dans le secteur du textile mais exportaient jusqu’en France et en Afrique du Sud.

L’accès au financement reste un défi majeur

L’accès au financement a été identifié comme un problème majeur par les femmes entrepreneurs qui ont participé aux consultations nationales. Plus de 81% des personnes interrogées, qui ont participé à l’enquête menée au cours des consultations, ont déclaré avoir eu recours à un financement personnel au stade de la création. 60 % ont déclaré avoir été victimes de discrimination lors de la demande de fonds. Les données de la Development Bank of Mauritius (DBM) ont montré que les sommes déboursées dans le cadre du Women Entrepreneur Scheme ne représentaient que 1% du montant total déboursé entre juillet 2020 et août 2021.

Il convient de noter que le DBM reste, jusqu’à présent, un pionnier en matière des prêts spéciaux pour les femmes entrepreneurs et qu’il travaille en étroite collaboration avec d’autres institutions pour remédier aux faiblesses existantes dans les exigences statutaires telles que la garantie du conjoint. Le manque d’intérêt des femmes entrepreneurs pour les régimes spéciaux a également pu être observé. Le programme des prêts aux femmes entrepreneurs du DBM n’a attiré que 3 % de candidates. Le faible montant moyen des prêts déboursés (271 186 roupies) peut être une autre raison pour laquelle les femmes se détournent de l’aide financière ciblée.

6 politiques pour réduire les disparités entre les sexes dans les entreprises

Voici les 6 recommandations formulées dans le rapport :

  1. Améliorer la disponibilité des données nationales ventilées par sexe.

Les données ventilées par sexe sont essentielles pour l’élaboration des politiques en matière de genre. Il est urgent que le gouvernement renforce la collecte de données sur le genre dans les entreprises et le commerce.

  1. Faciliter l’accès à l’information et aux opportunités commerciales.

Les consultations nationales avec les femmes entrepreneurs ont montré que les entrepreneurs les plus prospères étaient ceux qui avaient des contacts dans les institutions privées et publiques et qui leur fournissaient des informations sur les opportunités commerciales. Le gouvernement devrait améliorer la distribution équitable de l’information en créant un bureau commercial spécialisé dans chaque pays membre de l’AfCFTA, en mettant en place un centre de facilitation des affaires et d’innovation pour les femmes, et en créant un marché numérique pour les femmes qui peut mettre en relation les femmes fabricants avec les fournisseurs de matières premières, par exemple.

  1. Soutenir l’inclusion par le biais d’incubateurs pour femmes.

Les femmes entrepreneurs doivent recevoir une formation sur la manière de respecter les normes de qualité internationales dans leurs domaines d’activité. Elles doivent être encouragées à demander une certification afin d’améliorer leur capacité d’exportation. Les incubateurs de femmes peuvent jouer un rôle clé dans la coordination des efforts institutionnels visant à soutenir les startups appartenant à des femmes.

  1. Faciliter l’accès aux possibilités de financement par capital-risque.

Les femmes entrepreneurs ont fait état des divers obstacles à l’accès au capital au stade de la création, notamment leur statut marital. Les initiatives publiques-privées en matière de conseil et de financement doivent être explorées pour améliorer les chances des femmes entrepreneurs de lever des capitaux.

  1. Fournir un soutien et faciliter la participation aux exercices de marchés publics africains.

Les centres de facilitation des affaires et d’innovation de l’AfCFTA doivent servir d’organe de coordination des informations liées au commerce pour aider les femmes à répondre aux appels d’offres ouverts en Afrique.

  1. Créer et promouvoir une marque “Made in Africa“.

Une marque “Made in Africa” aidera tous les entrepreneurs, mais surtout les femmes, à placer leurs produits à l’étranger et à fournir un accès préférentiel aux chaînes d’approvisionnement régionales dans des secteurs prioritaires, tels que les industries créatives, les technologies de l’information, les bijoux et les vêtements haut de gamme.

S’adressant à Le Matinal Media, Lillka Cuttaree a déclaré: “Pour l’instant, nous recevons des signaux mitigés. Bien que nous ayons constaté une baisse de la participation des femmes dans les entreprises nouvellement enregistrées, nous avons également trouvé de nombreuses femmes entrepreneurs très innovantes, qui exportent leurs produits et services dans le monde entier. Ces femmes doivent être au centre de l’attention pour inspirer les jeunes femmes“. Elle a insisté sur la nécessité pour le gouvernement d’améliorer la collecte de données sur le genre dans le commerce et d’améliorer la capacité à aider les femmes qui veulent faire des affaires à l’étranger.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles