22.9 C
Port Louis
Thursday, June 13, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Les Sud-Africains Marquent Le jour de Nelson Mandela, Pacifiquement

Doit Lire

Cyril Ramaphosa a exhorté la population à honorer l’héritage du héros de la lutte contre l’apartheid en participant à la reconstruction du pays après les émeutes qui ont fait 212 morts. Les troubles se sont maintenant largement calmés et le déploiement de 25 000 soldats devrait être achevé d’ici la fin du week-end.

“La seule chose positive que je puisse dire est que cet incident nous a unis comme jamais auparavant”, a déclaré le président.

Les gens ont posté des photos d’eux-mêmes distribuant de la nourriture dans les zones les plus touchées par les troubles.

Les violences ont été déclenchées par l’incarcération de l’ex-président Jacob Zuma, qui s’est rendu à la police le 7 juillet pour purger une peine de 15 mois pour outrage à magistrat. Lundi, M. Zuma doit assister – par liaison vidéo – à un autre procès pour corruption lié à un contrat d’armement de 5 milliards de dollars (3 milliards de livres) conclu dans les années 1990.

Il a plaidé non coupable de ces accusations et ses avocats demandent maintenant un report en raison de la violence.

Nelson Mandela, le premier président sud-africain démocratiquement élu, est mort à l’âge de 95 ans en 2013, alors que Zuma était président.

À l’occasion de l’anniversaire de Mandela, le 18 juillet, les gens sont invités à consacrer 67 minutes à aider les autres, pour marquer ses 67 années de service public.

Ramaphosa a passé la journée dans la province de Gauteng, où il a visité Soweto, le plus grand township d’Afrique du Sud, où vécut autrefois M. Mandela.

Il a pris part aux opérations de nettoyage après le chaos qui a vu des milliers de personnes saccager des centres commerciaux.

Des petites entreprises, des entrepôts, des usines, des cliniques et des écoles dans les deux provinces du Kwazulu-Natal et du Gauteng ont également été pris pour cible – un niveau de violence sans précédent dans l’Afrique du Sud post-apartheid.

Des débris jonchent les rues et certaines communautés ont dû parcourir de longues distances pour acheter des produits de base.

À Durban, la principale ville du KwaZulu-Natal, les autorités enquêtent également sur un déversement de produits chimiques qui pourrait être lié à l’incendie d’un entrepôt, après que des poissons morts ont été repérés sur le rivage.

Ramaphosa, qui affirme que les violences ont été orchestrées, a été critiqué pour avoir agi trop tard. Au milieu du chaos, les gens se sont armés et ont formé des groupes d’autodéfense pour protéger leurs biens.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles