25.3 C
Port Louis
Tuesday, February 27, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Niger : La CEDEAO Rejette L’offre De La Junte Militaire D’organiser Des Élections Dans Trois Ans

Doit Lire

La CEDEAO, le bloc des nations d’Afrique de l’Ouest, a rejeté l’offre de la junte militaire nigérienne d’organiser des élections dans trois ans. Cette décision risque d’intensifier le déséquilibre politique et de provoquer une intervention militaire si le coup d’État se poursuit.

Le bloc ouest-africain et les pays occidentaux ont tenté à plusieurs reprises d’empêcher le coup d’État du 26 juillet, la septième tentative de renversement d’un gouvernement démocratique en Afrique de l’Ouest et du Centre en trois ans.

La junte nigérienne n’ayant pas changé d’avis, la CEDEAO a adopté une position rigide à l’égard de la junte et préparé une force militaire à déployer en cas de besoin. 

Un jour avant que la junte n’accepte finalement de rencontrer une délégation de la CEDEAO dans la capitale Niamey, elle a augmenté sa menace vendredi, indiquant un nouveau désir de coopérer.

Le général Abdourahamane Tiani, chef de la junte, a déclaré que les putschistes étaient toujours prêts à discuter dans un discours télévisé à la nation samedi soir.

Il s’est fait l’écho des calendriers étendus fournis par d’autres chefs de coup d’État dans la région, mais il a également déclaré que la junte délibérerait sur un retour à la démocratie dans un délai de trois ans.

“Libérez Bazoum sans conditions préalables, rétablissez l’ordre constitutionnel sans plus attendre”, a-t-il déclaré. En réponse à une question concernant le report des élections, il a répondu par WhatsApp. Il a également déclaré que l’envoi d’une autre délégation de la CEDEAO dépendrait des résultats des “discussions informelles en cours”.

Abdel-Fatau Musah, commissaire de la CEDEAO, a déclaré à Reuters lundi que la position du groupe restait sans ambiguïté.

Depuis qu’une récente vague de coups d’État a affaibli la démocratie dans la région et jeté le doute sur l’influence de la CEDEAO, les chefs de junte s’étant accrochés au pouvoir, la crédibilité de la CEDEAO a été mise en péril. D’autres dirigeants militaires se sont opposés au bloc lorsqu’il a exigé des années de planification avant les élections.

Après que les dirigeants intérimaires du Mali n’ont pas organisé les élections promises l’année dernière, la CEDEAO a imposé des sanctions au pays. Les sanctions n’ont été levées que lorsqu’une nouvelle échéance a été fixée à 2024.

Le Burkina Faso a également promis de revenir à une administration civile dans l’année à venir, et la Guinée a ramené la semaine dernière sa période de transition à 24 mois en réponse à la pression de la CEDEAO.

Depuis le coup d’État, le Niger a déjà fait l’objet d’une série de sanctions étrangères, notamment de la part de la CEDEAO, ce qui ajoute à la pression économique exercée sur l’un des pays les plus pauvres du monde.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles