23 C
Port Louis
Sunday, July 14, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Le Ministre Italien De La Défense Qualifie D'”Atroce” L’adhésion À L’initiative Chinoise “Belt And Road” (BRI)

Doit Lire

Selon Guido Crosetto, ministre italien de la défense, la décision du pays de participer au plan chinois “Belt and Road” (BRI) a été “improvisée et atroce”.

Crosetto a affirmé que la campagne n’a guère contribué à accroître les exportations de l’Italie, laissant la Chine comme unique bénéficiaire.

La Chine a précédemment affirmé que l’IRB avait produit des “résultats fructueux” pour les deux pays. La nation européenne a rejoint l’initiative chinoise “la Ceinture et la Route” (BRI) il y a quatre ans, en 2019. Elle est la première nation développée à avoir rejoint l’initiative économique, bien que son geste ait été contesté par ses amis occidentaux.

Grâce à la reconstruction de l’ancienne route commerciale de la soie, l’initiative mondiale d’investissement espère relier la Chine à l’Europe et à d’autres continents. Afin d’acheminer plus rapidement les produits chinois vers les marchés internationaux, la Chine participe à cette initiative en soutenant d’importants projets d’infrastructure dans le monde entier.

Le plan BRI prévoit d’importants investissements dans les infrastructures afin de restaurer l’historique route de la soie, qui reliait la Chine à l’Asie, à l’Europe et au-delà. Les critiques affirment que la Chine l’utilise comme un moyen d’étendre son pouvoir géopolitique et économique.

Selon M. Crosetto, du journal italien Corriere della Sera, “la décision de rejoindre la [nouvelle] route de la soie a été un acte improvisé et atroce” qui a favorisé les expéditions chinoises vers l’Italie, mais pas l’inverse.

Il a affirmé que l’Italie devait maintenant trouver un moyen de sortir de l’accord sans nuire à ses relations avec la Chine.

“La question qui se pose aujourd’hui est la suivante : comment se retirer (de l’initiative de coopération régionale) sans nuire aux relations [avec Pékin]. Il est vrai que la Chine est un concurrent, mais c’est aussi un partenaire”, a ajouté M. Crosetto. Il a ajouté que l’Italie devrait réfléchir à la manière de se retirer “sans provoquer de désastres” alors que la Chine est devenue plus forte sur la scène internationale.

Depuis le mois de mai, lorsque le Premier ministre Giorgia Meloni a déclaré qu’elle souhaitait discuter avec la Chine d’une éventuelle sortie de la BRI, un débat animé s’est engagé sur la question de savoir si l’Italie devait rester dans la BRI.

À moins que l’Italie ne demande officiellement à en sortir d’ici décembre de cette année, l’accord sera automatiquement renouvelé en mars 2024.

Dans une déclaration récente, le ministère chinois des affaires étrangères a indiqué qu’il était d’avis que “la Chine et l’Italie devraient explorer davantage leur potentiel de coopération” dans le cadre de la BRI et “renforcer la coopération mutuellement bénéfique pour obtenir des résultats de coopération plus fructueux”.

Depuis lors, la Chine a entamé un effort diplomatique pour tenter de persuader l’Italie de renouveler l’accord en envoyant des hauts fonctionnaires dans le pays pour plaider sa cause.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles