23 C
Port Louis
Tuesday, July 23, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

La Junte Nigérienne Révoque Le Visa De L’ambassadeur Français Sylvain Itte Et Ordonne À La Police De L’expulser

Doit Lire

Les autorités françaises affirment que les officiers de l’armée qui ont renversé le gouvernement de Niamey en juillet n’avaient pas le droit d’ordonner à la police d’expulser l’ambassadeur de France du Niger, ce qui ne fait que détériorer les relations.

Les dirigeants du coup d’État prennent leurs distances avec l’ancienne puissance coloniale dans la région, dans un contexte de vague de sentiments antifrançais, à l’instar des juntes du Mali et du Burkina Faso voisins.

Les visas de l’ambassadeur français Sylvain Itte et de sa famille ont été révoqués et la police a reçu l’ordre d’expulser l’envoyé, selon une déclaration de la junte datée du 29 août que son chef de la communication a certifiée authentique jeudi.

Les organisateurs du coup d’État ont demandé à Itte de quitter le pays dans les 48 heures, en réponse à ce qu’ils ont qualifié d’actes “contraires aux intérêts du Niger” de la part de la France. Ils ont affirmé que l’un de ces actes était le refus de l’envoyé de s’entretenir avec le nouveau ministre nigérien des affaires étrangères.

Les autorités africaines et occidentales ont dénoncé le coup d’État. L’acheminement de nourriture et d’aide à l’une des nations les plus pauvres du monde a été entravé par les sanctions imposées au Niger par l’organisation régionale de l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO.

Si les efforts diplomatiques visant à rétablir la démocratie par la discussion échouent, l’Union européenne s’est en outre engagée à intervenir militairement.

Les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne ont décidé jeudi de commencer à rédiger des sanctions à l’encontre des responsables du coup d’État.

Bola Tinubu, président du Nigeria et président en exercice de la CEDEAO, a déclaré jeudi que le coup d’État militaire perpétré cette semaine au Gabon avait confirmé ses craintes de voir des “copieurs” faire de même dans d’autres pays. Bien qu’il ait souligné que l’action militaire au Niger ne devrait être entreprise qu’en dernier recours, il a également averti que “si nous ne brandissons pas le gros bâton, nous en subirons tous les conséquences”

En plus d’appeler à la réintégration de Mohamed Bazoum, le président déchu du Niger, la France a indiqué qu’elle soutiendrait les efforts de la CEDEAO pour défaire le coup d’État.

Avec quelque 1 500 soldats stationnés dans le pays pour aider l’armée locale, la France avait fait du Niger le centre des opérations de contre-insurrection contre l’insurrection islamiste qui a fait des milliers de morts dans la région du Sahel au cours des dix dernières années.

Elle a revu sa tactique après le départ de nombreux soldats des pays voisins, le Burkina Faso et le Mali, à la suite des coups d’État.

Paris n’a pas reconnu formellement la décision de la junte de retirer les accords militaires bilatéraux, bien qu’elle affirme que ceux-ci ont été négociés avec les “autorités légitimes” du Niger.

En outre, le ministère français des affaires étrangères a déclaré jeudi qu’il “évaluait en permanence les conditions de sécurité et de fonctionnement de notre ambassade” et que le chef du coup d’État n’avait pas le pouvoir d’ordonner le départ de l’ambassadeur.

Le président Emmanuel Macron a annoncé lundi que l’ambassadeur resterait au Niger et a réaffirmé le soutien de la France à M. Bazoum.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles