25.6 C
Port Louis
Tuesday, April 16, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Kailesh Jagutpal : “Nous Devons Nous Concentrer Sur La Santé Mentale Des Jeunes… Ils Sont Fragiles”, Déclare Kailesh Jagutpal

Doit Lire

Un plan d’action national pour la santé mentale, pour la période 2023-2027, sera lancé d’ici la fin de l’année.  C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé à l’Université de Maurice mardi, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale.  La représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Maurice, le Dr Anne Marie Ancia, le vice-chancelier de l’Université de Maurice, le professeur (Dr) Sanjeev K. Sobhee, la coordinatrice résidente des Nations Unies à Maurice, Mlle Lisa Simrique Singh, et d’autres personnalités étaient présentes pour l’occasion.

Le plan d’action national, a-t-il ajouté, mettra l’accent sur l’importance de l’intervention précoce et des stratégies de prévention, quel que soit l’âge. Selon Kailesh Jagutpal, 11,4 % de la population mauricienne souffre d’un problème mental ou d’un trouble lié à la consommation de substances psychoactives. Cela représente environ 100 000 personnes à Maurice.

Kailesh Jagutpal

En 2022, il y a eu 29 000 consultations pour des problèmes psychiatriques. Cela représente une augmentation de 11,5% par rapport à 2021. En ce qui concerne les enfants, 297 nouveaux cas ont été enregistrés à Brown Sequard en 2022, soit une augmentation de 32,7% par rapport à 2021.

Kailesh Jagutpal a souligné les défis auxquels le pays est confronté, en raison des changements dans la société et de la fragilité des jeunes.

Le thème de la Journée mondiale de la santé mentale de cette année est “La santé mentale est un droit universel”.

Le ministre Jagutpal a souligné que ce forum arrivait à point nommé, car les problèmes de santé mentale ne doivent pas être pris à la légère, puisqu’ils touchent des personnes de tous horizons. “L’éradication de la stigmatisation des personnes souffrant de troubles mentaux ou de handicaps est une responsabilité collective et nous devons favoriser une société où le fait de demander de l’aide pour des problèmes de santé mentale n’est pas considéré comme un signe de faiblesse, mais comme un acte de courage et de soin de soi”, a-t-il souligné.

Anne Marie Ancia

Le Dr Ancia et le professeur Sobhee ont tous deux souligné l’importance de considérer la santé mentale comme un droit humain fondamental pour tous. “Chacun a droit au meilleur état de santé mentale possible, ce qui inclut le droit d’être protégé contre les risques liés à la santé mentale, le droit à des soins disponibles, accessibles, acceptables, abordables et de bonne qualité, ainsi que le droit à l’inclusion dans la communauté”, a souligné le Dr Ancia.

La représentante de l’OMS a également indiqué que le suicide est la quatrième cause de décès chez les grands adolescents et que, pour le prévenir, il est essentiel de sensibiliser la communauté et de briser le tabou. Pour aider les pays dans cette tâche, l’OMS, en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, lancera bientôt de nouvelles orientations sur la santé mentale, les droits de l’homme et la législation, a annoncé le Dr Ancia.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles