23 C
Port Louis
Thursday, June 13, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Fourniture Journalière D’oxygène Médical : Le Privé Et Le Public Fusionnent

Doit Lire

Ils seront désormais 3 compagnies du privé engagées dans l’importation et la production d’oxygène médical à se joindre au Ministère de la Santé face à cette recrudescence des cas de la Covid-19. Le Ministère de la Santé est en train de muscler son stock en oxygène médical dans l’éventualité d’une demande importante en oxygène, qui s’aligne avec son ‘Preparedness Plan’. C’est la raison pour laquelle une demande urgente à l’ile de la Réunion a été fait en écrit ce jeudi 18 novembre, comme révélé par le leader de l’Opposition au Parlement ce vendredi 19 novembre.

Trois fournisseurs au total

Auparavant, il n’y avait que Samlo Koyenko Steel Co Ltd, qui assurait la fourniture quotidienne de l’oxygène médical dans les hôpitaux. La compagnie avait été retenu après un appel d’offres et avait signé son contrat le 30 juin 2020, qui est valide jusqu’au juin 2022. Avec la crise pandémique qui s’empire, ils seront maintenant trois compagnies pour cette charge. Les deux autres compagnies privées ont été approchés par le Ministère et se sont joints à l’équipe. Ils ont fait une deuxième table ronde au samedi 20 novembre dernier dans les locaux du Ministère de la Santé. Le but était d’établir le plan de production et de distribution d’oxygène médical dans les hôpitaux pour la période de novembre et décembre. Rajiv Gowreessoo, le Directeur General de Samlo Koyenko Steel Co Ltd a déclaré « qu’il n’y a pas de pénurie d’oxygène en ce moment. Nous sommes en train de planifier les opérations à partir d’aujourd’hui jusqu’à la fin de décembre. Nous faisons aussi un suivi actuel des cargaisons des pays où le ministère a commandé des Iso Tank soit de Singapour, de l’Afrique du Sud et de la Réunion. Ainsi, ensemble, nous offrons toutes nos capacités au gouvernement ».

L’option d’urgence est la Réunion

Pour expliquer la demande urgente fait en écrit à l’attention de l’ambassadrice de France à Maurice, Florence Caussé-Tissier, le Dr. Soobaraj Sok Appadoo, le Directeur de l’ENT Hospital a fait ressortir que « la meilleure option en une situation urgente est de compter sur les pays se trouvant plus près géographiquement, comme l’île de la Réunion, qui a aussi été choisi à cause de la disponibilité en oxygène. Nous travaillons avec diffèrent types d’oxygènes mais l’oxygène liquide est plus facile en terme de stockage. A savoir que l’ENT possède déjà un générateur d’oxygène médicale, notamment le Pressure Swing Absorption Oxygen Generator. Néanmoins avec la grande demande, son utilisation devient plus fréquente aussi bien que sa maintenance. Donc, s’approvisionner auprès de la Réunion était l’option la plus facile. »

Ainsi, le Barracuda était prêt à appareiller ce vendredi 19 novembre avec un équipage de 30 officiers dûment vaccinés. Il est rentré et a débarqué une première cargaison au matin du samedi 20 novembre. Le stock demandé, comme stipulé dans la lettre, était un iso-tank de 12 tonnes pouvant contenir 20 tonnes d’oxygène et mesurant 20 pieds pour compléter les besoins en oxygène des structures hospitalières mauriciennes. Vingt tonnes est la moyenne pour une fourniture d’oxygène dans nos hôpitaux pour deux jours de consommation.  Toute cette opération était sous la supervision du consulat honoraire de Maurice à La Réunion.

Paul Bérenger ‘choqué’

Il l’est face au fait que Maurice ait dû sollicité l’aide de La Réunion pour l’oxygène médical alors que, comme il l’a cité pendant sa conférence de presse au samedi matin, ce même oxygène est « produit et exporté vers l’Ile de la Réunion… par Maurice. Voilà ce qui se produit quand on donne des contrats a des petits copains pour produire de l’oxygène ! », a lancé un Paul Bérenger bouleversé par la gestion pandémique dans le pays.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles