23.9 C
Port Louis
Sunday, July 21, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Sommet Du Commonwealth : Appel A L’action Sur Le Changement Climatique Et Le Commerce

Doit Lire

Les 56 membres du Commonwealth se sont largement engagés à lutter contre le changement climatique et à stimuler le commerce samedi, à l’issue d’un sommet visant à renforcer la pertinence d’un groupe issu de l’empire britannique.

Le club, qui regroupe quelque 2,5 milliards de personnes, soit environ un tiers de la population mondiale, se présente comme un réseau de coopération aux objectifs communs, mais ses détracteurs estiment qu’il doit prendre des mesures concrètes et ne pas se limiter à des discussions.

Le sommet d’une semaine qui s’est tenu à Kigali, la capitale du Rwanda, a été marqué par les commentaires du prince Charles de Grande-Bretagne, qui a exprimé vendredi sa tristesse pour le rôle de son pays dans la traite transatlantique des esclaves, la première fois que le Commonwealth a abordé publiquement le sujet.

Certains membres ont exhorté l’organisation à aller plus loin en discutant des réparations à accorder aux pays touchés par la traite transatlantique des esclaves.

Le sujet n’a pas été mentionné dans le communiqué final ni dans la conférence de presse, qui se sont plutôt concentrés sur des déclarations concernant le développement durable, les soins de santé et l’égalité des sexes.

Une “Charte des terres vivantes” stipule que les pays du Commonwealth s’efforceront de mettre en œuvre les accords internationaux signés précédemment, comme l’accord de Paris sur le climat.

“Nous savons que nous sommes en code rouge en ce qui concerne le changement climatique et que les petits États membres sont confrontés à une crise qui pourrait être existentielle”, a déclaré aux journalistes Patricia Scotland, réélue au cours du sommet au poste de secrétaire générale du Commonwealth.

Mme Scotland a également vanté l’augmentation des échanges commerciaux entre les membres du Commonwealth, qui, selon elle, devraient atteindre 2 000 milliards de dollars par an d’ici 2030, après s’être effondrés pendant la pandémie de COVID-19.

Le Gabon et le Togo ont été récemment acceptés dans le Commonwealth, ce qui s’inscrit dans une tendance des anciennes colonies françaises d’Afrique à rechercher de nouvelles alliances au-delà des anciens réseaux d’influence de Paris.

“Si le Commonwealth n’était pas vivant, dynamique et constructif, pourquoi des pays comme le Gabon et le Togo y adhéreraient-ils ? a déclaré Michael Moussa Adamo, ministre gabonais des affaires étrangères.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles