27.5 C
Port Louis
Thursday, April 18, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Renminbi En Afrique, Les Empreintes Du Big Boy!

Doit Lire

Au cours des deux dernières décennies, la Chine a établi une présence économique significative dans la plupart des pays africains. La Chine est impliquée non seulement dans les nations riches en matières premières comme le Nigeria et l’Afrique du Sud, mais aussi dans les nations pauvres en matières premières comme l’Éthiopie, le Kenya et l’Ouganda. L’ensemble des investissements économiques lucratifs de la Chine, son approche politique flexible et son développement ciblé à grande échelle ont fourni une opportunité apparemment massive aux pays africains. La stratégie de financement de la Chine, qui combine subventions, aide et prêts avec un généreux calendrier de retour sur investissement, notamment pour les projets d’infrastructure, est une option attrayante pour les pays africains. Alors que les crises financières aux États-Unis et dans l’Union européenne ont limité leurs investissements en Afrique, la Chine s’est engagée à investir davantage sur le continent.

Le continent africain compte plus de 1,2 milliard d’habitants et on estime que d’ici 2025, plus de 100 villes africaines compteront plus d’un million de personnes. Le Président, Xi Jinping a souligné un jour que “l’insuffisance des infrastructures est considérée comme le principal obstacle au développement de l’Afrique“. Brique par brique, la Chine est devenue un acteur central de la poussée d’urbanisation de l’Afrique.

Lancée en 2013, l’initiative “Belt and Road” (BRI) est largement comprise comme une stratégie géopolitique visant à créer un nouvel ordre sino-centré en Eurasie, voire dans le monde entier. Plus de la moitié des plus de 60 pays bénéficiaires de l’initiative chinoise “Belt and Road” (BRI) étant situés en Afrique, le financement des projets de la BRI à travers de l’Afrique est principalement constitué de prêts aux gouvernements.

Il ne fait aucun doute que les prêts chinois ont contribué à financer des investissements à grande échelle dans les infrastructures, l’énergie et les mines. De nombreux pays africains ont une dette d’au moins 20 % de leur PIB nominal envers la Chine.

Il est injuste de dire que la Chine pratique la diplomatie du piège de la dette, mais sa dette en fait le plus grand créancier officiel bilatéral du monde, dépassant le FMI et la Banque mondiale. En raison de l’ampleur de ces dettes, la Chine est susceptible d’être aux commandes en Afrique, dans le but probable de renforcer l’internationalisation du RMB. Le président français Macron a déclaré un jour qu’en guise de geste de bonne volonté, la Chine devrait réduire ou annuler la dette de l’Afrique. La Chine a accordé un allégement de la dette des pays en développement d’une valeur combinée de 2,1 milliards de dollars dans le cadre du G20, ce qui est le plus élevé parmi les membres du groupe en termes de montant reporté.

Au cœur de l’épidémie de Covid-19, la Chine est la première grande économie à échapper à la grave récession de cette année. Les stars renforcent de manière dominante le billet rouge, alias Yuan, alias Renminbi (RMB). Le RMB est devenu une monnaie de plus en plus populaire dans les pays africains en raison de ses avantages pour faciliter le commerce et les investissements Chine-Afrique, optimiser la structure des réserves de change et stabiliser le système financier. La taverne commerciale du RMB est en train de devenir mondialement acceptable. Les gains relatifs par rapport au dollar américain ont reconnu les mérites géopolitiques de l’obtention du statut de monnaie de réserve. À terme, le RMB pourrait supplanter le dollar dans le commerce mondial.

La Banque populaire de Chine a signé des accords d’échange de devises avec de nombreux pays africains, élargissant ainsi stratégiquement et commercialement la portée et l’influence du RMB. On rapporte que le Rwanda et d’autres pays africains ont inclus le RMB dans leurs réserves de change. L’Afrique du Sud, le Nigeria et d’autres pays ont signé des accords d’échange de devises avec la Chine, et le Kenya, le Zimbabwe et le Botswana ont manifesté un vif intérêt pour l’utilisation du RMB comme monnaie de réserve ou de règlement.

Un autre moteur est le déploiement rapide du yuan numérique qui pourrait permettre à la Chine d’étendre son influence mondiale. La Chine est le seul pays en développement à avoir lancé le déploiement national de sa propre monnaie numérique de banque centrale (CBDC). Avec le yuan numérique, le RMB pourrait devenir une monnaie internationale beaucoup plus acceptable et un avantage majeur pour la BRI en ce qui concerne les paiements internationaux, notamment les transferts de fonds.

Le billet rouge est un nouvel entrant ! Si l’on regarde les chiffres récents, la part du RMB dans les réserves de change mondiales est passée de 2,2 % au cours des trois mois précédents à 2,45 % au cours du premier trimestre de 2021, poursuivant ainsi la dynamique de la monnaie et accélérant son chemin vers l’internationalisation. L’enquête du FMI sur la composition des réserves officielles de change (COFER) indique que les réserves de change totales en RMB ont atteint l’équivalent de 287,46 milliards de dollars au premier trimestre, soit neuf trimestres consécutifs de croissance.

À compter du 1er octobre 2016, le RMB a été ajouté aux devises actuelles du panier de droits de tirage spéciaux, qui comprend le dollar américain, l’euro, le yen japonais et la livre sterling britannique. Le FMI a commencé à suivre la part du RMB en 2017.

Pour suivre l’internationalisation du RMB, plus de 1 900 institutions financières utilisent désormais le RMB pour les paiements avec la Chine et Hong Kong. L’internationalisation du RMB revêt une grande importance stratégique pour les banques et les IF.

Selon la ‘Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications’, en juin 2021, le RMB a conservé sa position de cinquième monnaie la plus active pour les paiements mondiaux en valeur, avec une part de 2,46 %. Dans l’ensemble, la valeur des paiements en RMB a augmenté de 65,51 % par rapport à mai 2021, tandis que, de manière générale, toutes les devises de paiement ont augmenté de 27,78 %. En termes de paiements internationaux, à l’exclusion des paiements au sein de la zone euro, le RMB se classe au 6e rang avec une part de 1,68 % en juin 2021.

La hausse du RMB sera presque certainement une tendance mondiale mais pourrait être particulièrement forte en Afrique où près de la moitié des banques centrales prévoient d’augmenter leurs réserves de RMB. L’augmentation rapide des échanges commerciaux de la Chine avec l’Afrique constitue un terrain fertile et une demande pour les règlements transfrontaliers en RMB. Il est également évident que les banques chinoises jouent un rôle de plus en plus important dans le secteur financier africain. Bien que l’utilisation du RMB soit encore limitée, cette monnaie pénètre progressivement le marché africain.

Contribution de –

Mr Mayank Srivastava

Mayank Srivastava

Director and COO, Merceron Capital LTD, Mauritius

*Les opinions exprimées sont personnelles.

**This article has been translated from English.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles