23.9 C
Port Louis
Monday, June 24, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Pakistan : Une Foule Violente Brûle Des Églises Et Détruit Des Maisons À La Suite D’une Affaire De Blasphème

Doit Lire

Une ville du Pakistan a été le théâtre de violences : des musulmans ont brûlé quatre églises et détruit les maisons de certains chrétiens, sous prétexte que deux hommes avaient dégradé le Coran, selon la police.

Selon les habitants, la ville de Jaranwala a été le théâtre de violences où non seulement les églises mais aussi les bâtiments qui leur sont liés ont été attaqués.  Jaranwala est une ville de l’est du Pendjab. La police a arrêté 100 émeutiers et a ouvert une enquête sur cette affaire. En outre, la police a enregistré une plainte contre deux chrétiens, des résidents locaux, en vertu de la loi sur le blasphème, selon laquelle toute personne reconnue coupable d’avoir détruit le Coran peut être condamnée à la peine de mort. 

Aucun décès n’a été signalé dans les violences jusqu’à présent, mais la situation est loin d’être revenue à la normale. 

Même si le Pakistan n’a encore exécuté personne pour blasphème, la simple accusation peut déclencher des manifestations de grande ampleur qui aboutissent à des lynchages et à des meurtres.

Il y a deux ans, un homme originaire du Sri Lanka a été tué et son corps brûlé après avoir été accusé de blasphème. En 2009, six personnes ont été tuées et plus de 60 maisons ont été détruites par une foule dans la région de Gorja, au Pendjab, après avoir été accusées de manquer de respect à l’islam.

Au cours de leur domination coloniale, les Britanniques ont promulgué une loi réprimant le blasphème au XIXe siècle. Mais dans les années 1980, les forces de l’ordre ont imposé des peines plus sévères en cas d’infraction, y compris la peine de mort pour quiconque insulte l’islam.

La majorité de la population du Pakistan est musulmane, soit environ 96 %. L’Iran, le Brunei et la Mauritanie sont d’autres pays qui appliquent la peine de mort.

Depuis que le Pakistan a fait du blasphème une infraction passible de la peine de mort, les violences motivées par la religion ont augmenté, car elles “renforcent les comportements violents”, selon Iftekharul Bashar, chercheur au sein du groupe de réflexion RSIS, qui étudie les violences politiques et religieuses en Asie du Sud. Il a déclaré : “La société pakistanaise a connu une fragmentation accrue, due à des disparités économiques croissantes, ce qui a entraîné une recrudescence de la violence à l’encontre des groupes religieux minoritaires. L’émergence de factions extrémistes et de groupes d’autodéfense au Pakistan, dont certaines bénéficient d’un soutien financier important, a également contribué à cette tendance inquiétante. 

Selon un responsable local qui s’est adressé à la BBC Urdu, alors que les histoires des deux hommes qui auraient profané le Coran, le livre saint de l’islam, se sont répandues sur les médias sociaux tôt mercredi matin, les autorités ont reçu des plaintes concernant des protestations et des incendies.

Les autorités ont déclaré avoir découvert, à proximité d’une communauté chrétienne, des pages déchiquetées du livre saint sur lesquelles figuraient des écrits blasphématoires au marqueur rouge.

Ces informations sont devenues virales sur les réseaux sociaux et dans la ville, ce qui a bouleversé la population musulmane. Des foules ont attaqué et pillé les maisons des chrétiens au cours de l’effusion de sang qui a suivi.

Le chrétien Yassir Bhatti, âgé de 31 ans, fait partie des nombreuses personnes qui ont dû quitter leur maison. Il a déclaré à l’AFP : “Ils ont cassé les fenêtres et les portes et ont emporté des réfrigérateurs, des canapés, des chaises et d’autres articles ménagers pour les empiler devant l’église afin de les brûler. Ils ont également brûlé et profané des bibles, ils étaient impitoyables”.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des manifestants en train de démolir des structures chrétiennes sous le regard des policiers.

Le ministre de la communication de la province du Pendjab, Amir Mir, a dénoncé ce blasphème présumé. Il a également déclaré que des milliers de policiers avaient été dépêchés sur les lieux et que des dizaines de personnes avaient été arrêtées. Anwar ul-Haq Kakar, le premier ministre par intérim, a demandé que des mesures immédiates soient prises à l’encontre des auteurs des violences.

“Nous appelons à la justice et à l’action de la part des forces de l’ordre et de ceux qui rendent la justice, ainsi qu’à la sécurité de tous les citoyens pour qu’ils interviennent immédiatement et nous assurent que nos vies sont précieuses dans notre propre patrie”, a-t-il posté sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

Selon une source gouvernementale qui a parlé à Reuters, la majorité de la foule était composée de membres du parti politique Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP). Le TLP a réfuté toutes les accusations.

La communauté chrétienne a été “profondément peinée et affligée” par ce qui s’est passé, a déclaré l’évêque Azad Marshall, qui vit dans la ville voisine de Lahore.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles