22.9 C
Port Louis
Thursday, June 13, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Pakistan : Imran Khan Arrêté, Condamné À 3 Ans De Prison Dans L’affaire Toshakhana ; Disqualifié De La Politique Pour 5 Ans

Doit Lire

Islamabad [Pakistan], 5 août (ANI) : Un tribunal de district et de session pakistanais a condamné samedi l’ancien Premier ministre Imran Khan à trois ans de prison dans l’affaire Toshakhana, c’est-à-dire pour avoir vendu illégalement des cadeaux de l’État, et il a été disqualifié de la vie politique pour une période de cinq ans, ont rapporté les médias locaux.

Le tribunal a également imposé une amende de 100 000 roupies au chef du PTI, a rapporté Geo News.

Khan a été arrêté à sa résidence de Zaman Park à Lahore peu après avoir été condamné dans l’affaire Toshakhana aujourd’hui, a rapporté Geo News.

Dawn a rapporté qu’au cours de l’audience d’aujourd’hui, présidée par l’Additional District and Sessions Judge (ADSJ) Humayun Dilawar, le tribunal de première instance a statué que les charges retenues contre l’ancien premier ministre dans l’affaire étaient prouvées.

“Imran Khan a délibérément fourni de faux détails [sur les cadeaux de Toshakhana] à l’ECP et a été reconnu coupable de corruption”, a-t-il déclaré, avant de condamner le chef du PTI à une peine d’emprisonnement de trois ans en vertu de l’article 174 de la loi électorale.

Avant le procès d’aujourd’hui, un important contingent de policiers a été déployé à l’extérieur des locaux du tribunal, seuls les avocats étant autorisés à pénétrer dans la salle d’audience.

Ce développement intervient après que la Haute Cour d’Islamabad (IHC) a annulé vendredi le verdict du tribunal de session sur le renvoi de Toshakhana contre le président du Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI) comme étant maintenable et a ordonné à la juridiction inférieure de réentendre l’affaire.

Le 2 août, la Commission électorale du Pakistan (ECP) a reporté l’inculpation de l’ancien Premier ministre pakistanais dans l’affaire Toshakhana, a rapporté l’agence pakistanaise Dawn.

Le 3 juillet, Imran Khan s’en était pris au gouvernement de Shehbaz Sharif, affirmant que l’administration avait “élaboré un plan” pour le mettre en prison et que tout l’épisode de son arrestation avait été “planifié à l’avance”.

Donnant des éclaircissements sur les allégations dans l’affaire Toshakhana, Khan a affirmé que les cadeaux ont été vendus “conformément aux règles” et que tout a été déclaré dans le FDR.

“Conformément à la loi, lorsque le premier ministre, le président ou le chef des armées reçoit des cadeaux, ceux-ci sont envoyés à la Toshakhana, où ils sont évalués. Cela se fait par le biais d’un FDR, avec une valeur initiale et ensuite une évaluation. S’il y a une valeur excédentaire, ils donnent la possibilité d’acheter. Telle est la règle. En vertu de cette règle, j’ai accepté de nombreux cadeaux et j’en ai refusé d’autres. Tout ce que j’ai vendu est déclaré dans le FBR et est soumis à l’impôt sur les plus-values. Qu’y a-t-il de mal à cela ? Par ailleurs, dans le cadre de cette affaire, la NAB, la commission électorale et le FIR ont également été déposés. Il n’est tout simplement pas possible que trois affaires soient menées sur le même sujet”, avait-il alors déclaré.

L’affaire porte sur les allégations selon lesquelles l’ancien premier ministre aurait “délibérément dissimulé” les détails des cadeaux qu’il a conservés de la Toshaskhana – un dépôt où sont conservés les cadeaux offerts par des fonctionnaires étrangers aux membres du gouvernement – pendant qu’il était premier ministre, ainsi que le produit de leurs ventes déclarées.

L’affaire de la Toshakhana enregistrée par les législateurs du parti au pouvoir est basée sur une plainte pénale déposée par la Commission électorale du Pakistan (ECP), selon le rapport de Dawn.

Selon les règles de la Toshakhana, les cadeaux et autres matériels de ce type reçus par des personnes auxquelles ces règles s’appliquent doivent être signalés à la division du Cabinet. Le président du PTI, Imran Khan, a fait l’objet d’un certain nombre d’actions en justice pour avoir conservé des cadeaux. Il a également été disqualifié par l’organe électoral pour cette raison.

Le 9 mai dernier, l’ancien Premier ministre et président du PTI, Imran Khan, a été arrêté à l’intérieur de la Haute Cour d’Islamabad par le National Accountability Bureau (NAB) pour corruption dans le cadre de l’Al-Qadir Trust, dont il est propriétaire avec son épouse Bushra Bibi.

Suite à l’arrestation de Khan, son parti a appelé à des manifestations, qui ont tourné à la violence en de nombreux endroits. L’administration a eu recours à la répression et de nombreuses arrestations ont eu lieu dans tout le pays. Les personnes accusées des violences du 9 mai sont jugées par des tribunaux militaires. (ANI)

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles