20.6 C
Port Louis
Wednesday, May 22, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Maurice : Moody’s Baise La Note À Baa3, Change La Perspective À Stable, Conserve Sa Note D’investissement

Doit Lire

Moody’s Investors Service (“Moody’s”) a abaissé hier les notes d’émetteur à long terme en devises étrangères et en monnaie locale du gouvernement mauricien de Baa2 à Baa3, et a modifié la perspective de négative à stable. L’abaissement de la note à Baa3 est motivé par l’évaluation de Moody’s selon laquelle la qualité et l’efficacité des institutions et de l’élaboration des politiques se sont affaiblies, ce qui entrave la résilience économique de Maurice et sa capacité à absorber les chocs économiques futurs. Bien que le cadre institutionnel reste solide et que l’élaboration des politiques ait historiquement soutenu une croissance économique élevée et stable, inverser la détérioration de la force économique et fiscale en raison de la pandémie est compliqué par le recours à des mesures non conventionnelles et ponctuelles, ce qui crée une certaine incertitude quant à la performance fiscale future et pèse finalement sur l’évaluation de Moody’s de la force des institutions et de la gouvernance.

La perspective stable reflète les attentes de Moody’s selon lesquelles le profil de crédit de l’île Maurice restera aligné sur celui des souverains notés Baa3- et intègre le point de vue de Moody’s selon lequel les indicateurs budgétaires et de la dette continueront de s’améliorer, la charge de la dette passant en dessous de 70 % du PIB d’ici la fin de l’année fiscale se terminant le 30 juin 2023 (année fiscale 2023), malgré les risques pour la consolidation budgétaire découlant du choc d’inflation mondial. Les réserves internationales importantes de Maurice limitent le risque de vulnérabilité extérieure malgré les déficits importants de la balance courante et constituent un tampon face à la hausse des prix à l’importation. Le plafond des devises étrangères a été abaissé de A1 à A2. Le rôle de Maurice en tant que centre financier international réduit considérablement les incitations à imposer des restrictions en matière de transfert et de convertibilité, ce qui favorise l’alignement du plafond de la devise étrangère sur celui de la devise locale.

Le gouvernement a formulé des objectifs à moyen terme visant à réduire la dette publique à 60 % du PIB, à augmenter les réserves internationales pour qu’elles couvrent entre 22 et 24 mois d’importations et à maintenir des taux de croissance de 5 %. Toutefois, la dépendance à l’égard de mesures ponctuelles et le recours à des politiques non conventionnelles au cours des deux dernières années font courir le risque que les réparations budgétaires et économiques consécutives au choc de la pandémie soient plus lentes que prévu. Moody’s estime que les institutions et la gouvernance se sont affaiblies, ce qui réduit la capacité de Maurice à absorber les chocs futurs.

Si la demande de voyages reste forte, avec une demande refoulée encore importante, la hausse des prix et l’affaiblissement de la croissance, en particulier sur les principaux marchés sources comme la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, posent des risques de baisse de l’activité touristique, surtout à partir de l’année prochaine. L’île Maurice dépend de cinq marchés – la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Afrique du Sud et l’île de la Réunion – pour environ 60 % des arrivées de touristes. L’île Maurice est également confrontée à des risques de baisse dus à la hausse des prix des produits de base et à l’inflation, qui pèsent sur les niveaux de revenus réels et le pouvoir d’achat.

L’île Maurice est particulièrement exposée à la hausse des prix des produits de base, puisque les importations de produits alimentaires et de produits liés au carburant représentent 36 % des importations totales, soit 14 % du PIB en 2021. La hausse des prix des produits de base, ainsi que la dépréciation du taux de change ont fait grimper l’inflation en 2022, les prix à la consommation ayant augmenté de 9,6 % en glissement annuel en juin 2022. L’érosion du pouvoir d’achat due à une inflation plus élevée est susceptible de peser sur la consommation des ménages, tout en posant des défis au programme d’assainissement budgétaire du gouvernement, évident dans l’augmentation des prestations sociales prévues dans le budget de l’exercice 2023.

Historique des défauts de paiement : Aucun cas de défaut (sur les obligations ou les prêts) n’a été enregistré depuis 1983

Des pressions à la hausse sur la note apparaîtraient au fil du temps si la croissance à moyen terme s’accélérait pour atteindre durablement l’objectif de 5 % fixé par le gouvernement. Une amélioration de la solidité budgétaire, par exemple par une réduction plus prononcée du fardeau de la dette publique que ce que Moody’s prévoit actuellement, sans augmentation des passifs éventuels provenant de la dette garantie et non garantie du secteur public, renforcerait également le profil de crédit de Maurice, en particulier si elle s’accompagne d’une amélioration de l’accessibilité de la dette.

À l’inverse, s’il devenait de plus en plus probable que la dette publique reste supérieure aux prévisions de Moody’s, cela pèserait sur la solidité budgétaire et serait négatif pour le crédit. Une augmentation de la probabilité d’un soutien du gouvernement aux entreprises publiques ou une diminution marquée des réserves internationales qui indiquerait des risques de vulnérabilité extérieure plus élevés exercerait également une pression à la baisse sur la note.

Moody’s maintient l’île Maurice dans la catégorie “investment grade”, déclare le ministère des finances

L’agence de notation internationale Moody’s maintient l’île Maurice dans la catégorie des pays de qualité “investment grade”. L’île Maurice est et reste le seul

Maurice est et reste le seul “International Financial Centre – IFC” en Afrique reconnu comme “Investment grade”.

Sur la base des données de 2021, c’est-à-dire au plus fort de la pandémie, la note de Moody’s pour l’île Maurice passe de Baa2 (négatif) à Baa3 (stable), ce qui maintient l’île dans le tiers supérieur des juridictions du monde entier.

L’analyse de Moody’s reflète l’ampleur du choc que subira l’économie mauricienne en 2020 et 2021 en raison de la crise du Covid-19.

Dans ce contexte, alors que 5 pays africains détenaient le statut d’investment grade début 2020, seuls 2 d’entre eux, Maurice et le Botswana, ont réussi à le conserver, malgré la plus grave crise économique qu’ils aient connue.

Le gouvernement est pleinement déterminé à consolider la position de Maurice en tant que SFI réputée et à améliorer continuellement la résilience de son économie. La réouverture des frontières en octobre 2021 et la forte reprise des secteurs clés de l’économie mauricienne permettront au pays de dépasser les niveaux pré-pandémiques dès 2022, avec un PIB de 526 milliards de roupies selon le FMI.

Compte tenu des perspectives positives pour 2022, Moody’s a relevé la perspective de l’île Maurice de “négative” à “stable”.

Selon Moody’s, ce changement positif reflète et incorpore le fait que “les indicateurs budgétaires et de la dette continueront de s’améliorer, le fardeau de la dette passant sous la barre des 70% du PIB à la fin de l’année fiscale se terminant le 30 juin 2023 (année fiscale 2023)”. En outre, “les réserves internationales importantes de Maurice limitent le risque de vulnérabilité externe.”

L’île Maurice conserve son statut d’investissement de qualité suite à la dernière notation de Moody’s, indique la BOM

La Banque de Maurice (Banque) a pris connaissance de la décision de Moody’s Investors Service (Moody’s) de revoir la notation souveraine de Maurice de Baa2 Négatif à Baa3 Stable.

L’île Maurice conserve son statut d’investissement de qualité. Elle reste le seul centre financier international d’Afrique à bénéficier d’un classement Investment Grade, et l’un des deux seuls pays du continent à bénéficier d’un classement Investment Grade.

Il est important de souligner que Maurice continue d’être une juridiction Investment Grade malgré les chocs économiques successifs et les risques imminents pour les perspectives économiques mondiales, comme l’a récemment souligné le Fonds monétaire international dans son World Economic Outlook Update July 2022. La stabilité des perspectives témoigne de la résilience de l’économie mauricienne et de la volonté des autorités de mettre en place des mesures politiques propices à la stabilité macroéconomique et financière qui stimule la croissance économique.

Les mesures prises par la Banque sont fermement orientées vers le renforcement de la résistance du pays aux chocs extérieurs, l’amélioration de la capacité du système financier à absorber les chocs et la promotion de la stabilité macroéconomique, ce qui contribuera à soutenir la croissance économique. Maurice continue également de disposer d’importants stocks de réserves internationales, qui constituent un tampon important face aux chocs extérieurs.

La Banque avait mis en place le MIC avec des mandats spécifiques au début de la pandémie. Le MIC continue de remplir ses objectifs et accompagne l’économie dans sa phase de reprise. La Banque continue de bénéficier d’une situation financière confortable et a adopté des mesures pour consolider davantage sa position financière.

La préservation du statut Investment Grade avec une perspective stable consolide la stratégie du pays en tant que centre financier international pour les investissements durables vers l’Afrique et d’autres régions stratégiques. La Banque veille à ce que le secteur bancaire reste solide, les banques étant stables, liquides et suffisamment capitalisées, avec des tampons confortables pour faire face à tout choc supplémentaire.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles