23 C
Port Louis
Tuesday, July 23, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Les États-Unis Et La Corée Du Sud Partageront Des Informations Sur Leur Planification Nucléaire Pour Tenter De Résister À La Corée Du Nord

Doit Lire

En réponse aux inquiétudes suscitées par l’expansion de l’arsenal de missiles et de bombes de la Corée du Nord, les États-Unis ont promis mercredi de fournir à la Corée du Sud davantage d’informations sur leur planification nucléaire dans l’éventualité d’un conflit avec ce pays.

Cette déclaration a été faite à la suite de discussions entre le dirigeant sud-coréen Yoon Suk Yeol et le président américain Joe Biden à la Maison Blanche, qui ont porté sur des sujets tels que la Corée du Nord, le commerce des puces semi-conductrices et le conflit en Ukraine. L’annonce comprenait également la réaffirmation par Séoul de son engagement à ne pas développer sa propre arme nucléaire.

En réponse aux inquiétudes suscitées par l’expansion de l’arsenal de missiles et de bombes de Pyongyang, les États-Unis ont promis mercredi de fournir à la Corée du Sud davantage d’informations sur leur planification nucléaire en cas de conflit avec le pays.

“Nos deux pays ont convenu de consultations présidentielles bilatérales immédiates en cas d’attaque nucléaire de la Corée du Nord et ont promis de répondre rapidement, de manière écrasante et décisive en utilisant toute la force de l’alliance, y compris les armes nucléaires des États-Unis”, a déclaré M. Yoon.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a rejeté l’offre des États-Unis de le rencontrer pour discuter de ses programmes nucléaires et de missiles, offre renforcée par M. Biden.

Tenir la Corée du Nord à l’écart 

D’aucuns se demandent si Washington déploiera effectivement ses armes nucléaires pour défendre la Corée du Sud dans le cadre de ce qu’il appelle la “dissuasion élargie”, compte tenu du développement rapide des programmes d’armement de la Corée du Nord, qui comprennent des missiles balistiques pouvant potentiellement atteindre des villes américaines.

Selon les sondages, une majorité de Sud-Coréens est favorable à ce que Séoul se dote de ses propres armes nucléaires, ce à quoi Washington s’oppose.

Par l’intermédiaire d’un groupe consultatif nucléaire américano-coréen, les États-Unis fourniront à Séoul des informations approfondies et une voix dans les plans d’urgence américains afin de prévenir et de résoudre toute crise nucléaire dans la région, selon une nouvelle “déclaration de Washington”, d’après des responsables américains.

Dans une démonstration de force, Washington enverra également un sous-marin lanceur de missiles balistiques en Corée du Sud ; il s’agira de la première visite d’un sous-marin depuis les années 1980, selon des responsables américains. M. Biden a toutefois précisé qu’aucune arme nucléaire américaine ne serait déployée en Corée du Sud.

“J’ai l’autorité absolue en tant que commandant en chef et la seule autorité pour utiliser une arme nucléaire, mais (…) ce que la déclaration signifie, c’est que nous allons faire tous les efforts possibles pour consulter nos alliés lorsque cela sera approprié, si une action est nécessaire”, a déclaré le président.

Les mesures convenues ne répondent pas aux exigences de certains Sud-Coréens et sont “peu susceptibles de persuader la Corée du Nord de cesser de développer et de tester des armes de destruction massive ou de calmer le débat en Corée du Sud sur son propre avenir nucléaire”, selon Jenny Town, de l’organisation de surveillance 38 North North Korea, basée à Washington.

Les responsables américains ont clairement indiqué qu’aucune arme nucléaire ne serait jamais ramenée sur la péninsule et que la Corée du Sud n’aurait jamais accès au stock nucléaire du pays.

Yoon est le deuxième visiteur d’État que M. Biden a accueilli depuis son entrée en fonction il y a deux ans, le premier étant le président français.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles