20.3 C
Port Louis
Monday, June 24, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Les Cartels Italiens De La Drogue Effectuent Des Paiements Par L’Intermédiaire De Banques Parallèles Chinoises

Doit Lire

Selon les autorités judiciaires et policières italiennes, les cartels de la drogue italiens utilisent des réseaux parallèles de courtiers chinois non agréés pour dissimuler des paiements transfrontaliers. Cette mise à jour souligne l’ancrage en Europe d’un problème que les autorités américaines ont combattu en liaison avec les groupes de narcotrafiquants latino-américains.

Sept responsables judiciaires et des forces de l’ordre ont informé l’agence de presse britannique Reuters qu’il y a eu une augmentation de l’utilisation des réseaux de transfert d’argent en Italie, sans trace, ainsi que des paiements rapides. La méthode de transfert nécessite le dépôt d’un paiement auprès d’un courtier dans un pays, tandis que le destinataire reçoit le même montant d’un autre agent situé dans un autre pays à travers le monde.

Barbara Sargeti, procureur national italien chargé de la lutte contre la mafia, qui travaille sur des enquêtes menées tant au niveau national qu’à l’étranger, a déclaré que “le phénomène est en augmentation”. Lors d’un entretien accordé à son bureau, Mme Sargeti a déclaré que le nombre d’affaires liées à ce phénomène avait augmenté en raison de l’intensification de l’activité et de la capacité des autorités à identifier ces affaires.

Étant donné que l’argent est transféré à l’extérieur et ne passe pas par un système bancaire, il est difficile pour les autorités de retracer et d’identifier les cas, a-t-elle ajouté. Ce type d’intermédiation financière sape l’ensemble du système international de lutte contre le blanchiment d’argent, qui dépend de la gestion et de l’analyse du système bancaire. Celui-ci est considéré comme une arme essentielle pour lutter contre les gangs. 

Les sept personnes ont déclaré que le transfert d’argent était l’un des nombreux services offerts par l’organisation liée à la Chine. Il s’agit notamment de faciliter l’évasion fiscale, ce que les forces italiennes considèrent comme un système bancaire “clandestin”.

L’une des sept personnes a déclaré que de nombreuses enquêtes en cours sur des transferts d’argent ou d’autres activités illégales associées à des organisations chinoises n’ont pas encore été annoncées au public. La personne au courant de ces enquêtes a donné une estimation des dizaines de milliards d’euros transférés chaque année depuis l’Italie en utilisant le système bancaire clandestin.

Auparavant, les autorités chinoises avaient promis de s’attaquer à la racine de ce système bancaire clandestin.

Interrogé sur le mouvement de cette importante somme d’argent, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères a répondu : “Je ne suis pas au courant des circonstances que vous avez évoquées.”

L’argent volé 

Le transfert d’argent impliqué dans le système de paiement informel est appelé “fei quian” ou “fei chien”, termes chinois signifiant “argent volant”, et dépend fortement d’un réseau d’agents de transfert fiables.

Si le transfert d’argent par l’intermédiaire d’amis ou de membres de la famille pour remettre de l’argent à des créanciers n’est pas considéré comme illégal, la fourniture de services bancaires non autorisés et le blanchiment de fonds provenant d’activités criminelles sont illégaux en Italie.

L’une des premières affaires liées aux courtiers en argent chinois par un gangster italien était liée à l’un des plus grands groupes criminels du monde, le “groupe Ndrangheta”. En 2018, les autorités ont arrêté 90 personnes en Italie et dans d’autres pays d’Europe, et 4 tonnes de cocaïne d’une valeur de 240 millions (261,96 dollars) ont été saisies au cours de l’enquête.

L’une des enquêtes en cours a abouti en novembre dernier à l’arrestation de plus de 40 personnes soupçonnées d’être impliquées dans le trafic de drogue en Italie et en Espagne. Parmi elles, un ancien officier de l’armée et haut responsable de l’association des arbitres italiens, Rosario D’Onofrio’, était le chef d’un gang de trafiquants de drogue. 

D’Onofrio a versé 180 000 euros à un agent chinois lors d’une visite dans le quartier chinois de Milan en mars 2020, pour payer un envoi de haschisch à des fournisseurs en Espagne.

L’agent a envoyé un SMS à un autre agent en Espagne pour qu’il remette le montant aux fournisseurs et a facturé à D’Onofrio une commission de 2 700 euros, ce qui équivaut à 1,5 %, pour la transaction, selon les détails du mandat d’arrêt.

A l’heure actuelle, D’Onofrio est en détention, ce que son avocat Nicolo Vecchioni a refusé de commenter. Quant à l’agent chinois, il doit encore être identifié.

Une valise d’argent liquide

Selon un mandat d’arrêt d’octobre 2021, une enquête distincte a permis de confisquer 720 kilogrammes de drogue et des millions d’euros en espèces, tandis que les autorités traquaient un homme qui intervenait en Italie pour percevoir le paiement d’un grand nombre de drogues en provenance du Maroc.

Les autorités ont indiqué dans les documents qu’un paiement avait été effectué à des entreprises chinoises en Toscane et à Rome, où l’argent était transféré aux fournisseurs de drogue par l’intermédiaire de “correspondants chinois” dans le pays nord-africain.

La police a arrêté huit personnes soupçonnées de trafic de drogue et de blanchiment d’argent dans le cadre de cette affaire. 

Le commandant Michele Maselli, officier supérieur de la police des carabiniers de Milan, a déclaré que l’enquête avait permis de trouver de l’argent liquide emballé dans des valises et remis à des ressortissants chinois en partance pour Hong Kong.

Selon les carabiniers, chaque semaine d’octobre 2019 à octobre 2021, des sommes comprises entre 2,5 millions d’euros et 4 millions d’euros ont été envoyées depuis l’aéroport Fiumicino de Rome. 

Selon le mandat d’arrêt de 2021, les entreprises chinoises situées en Toscane et à Rome étaient impliquées dans le réseau bancaire clandestin. Les autorités n’ont pas identifié ces entreprises en raison d’une enquête en cours sur les transferts d’argent vers Hong Kong et leur destination.

Services bancaires clandestins

Les services de police occidentaux ont déclaré que les courtiers en argent aidaient les riches Chinois à transférer de l’argent pour échapper aux contrôles monétaires de la Chine. Ces courtiers font partie d’immenses diasporas chinoises en Europe, aux États-Unis et en Amérique latine. Pékin affirme que ses citoyens transfèrent de l’argent hors de Chine pour des montants limités, équivalant à 50 000 dollars américains par an.

Les ressortissants chinois se livrent à des échanges informels consistant à transférer de l’argent par voie électronique en Chine et à déposer le même montant en espèces sur un compte bancaire à l’étranger.

Les groupes criminels répondent à la demande de devises fortes en transférant des euros provenant de la vente de drogues.

Francesco Pinto, procureur général adjoint à Gênes, a déclaré : “En amont de cette activité bancaire clandestine, ces groupes chinois disposent d’énormes liquidités dans le monde entier.”

Selon trois des sept personnes qui ont parlé à l’agence de presse britannique Reuters, en Italie, les autorités se demandent s’il s’agit d’une seule enquête à grande échelle liée à la Chine et comportant d’innombrables branches interdépendantes ou de plusieurs organisations distinctes opérant de manière indépendante. 

Le blanchiment d’argent n’est qu’un des services illégaux proposés, ont déclaré les sept personnes. Selon un procureur général adjoint de Milan, il existe un “système bancaire parallèle” qui traite avec des clients variés allant “des fraudeurs fiscaux aux trafiquants de drogue”. Le mois dernier, les procureurs de Milan ont déclaré avoir arrêté 22 personnes et saisi 292 millions d’euros à la suite d’une enquête sur l’évasion fiscale impliquant des médiateurs chinois en Italie.

Au cours de la dernière décennie, les virements officiels entre l’Italie et la Chine ont diminué, un enquêteur de haut rang ayant déclaré que la communauté chinoise en Italie avait réduit l’utilisation du système bancaire officiel. Les paiements de l’Italie vers la Chine sont estimés à 22 millions d’euros en 2021, contre 2,67 milliards d’euros en 2012, selon la Banque d’Italie.

Le ministère italien des finances a mis en place une unité spéciale chargée d’enquêter sur le système bancaire clandestin.

Le nouveau gouvernement italien a demandé à la commission anti-mafia, composée de politiciens, d’enquêter pour la première fois sur “l’infiltration chinoise dans la société italienne”.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles