29 C
Port Louis
Monday, May 27, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Le Projet De Loi Sur La Cybersécurité Et La Cybercriminalité Voté Sans Amendement

Doit Lire

Le projet de loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité a été voté sans amendement ce vendredi soir à l’Assemblée nationale. Plusieurs parlementaires sont intervenus lors des débats sur le projet de loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité, qui vise à renforcer la lutte contre les cyberattaques pour mieux protéger la population. Mardi et vendredi, la majorité des parlementaires ont voté en faveur de cette loi. Puis, vendredi, d’autres sont intervenus. Ci-dessous, quelques-unes de ces interventions

Deepak Balgobin

“C’est le tribunal qui décidera des peines”, a déclaré Deepak Balgobin

Dans son résumé, le ministre de la Technologie Deepak Balgobin a remis les pendules à l’heure. Il a clarifié tous les détails du projet de loi, notamment sa nécessité.

Le ministre Balgobin en a profité pour rappeler à ses détracteurs qui estiment que les peines sont trop sévères, que s’il y a des infractions, ce sera au tribunal de décider des peines, de l’emprisonnement…. “Ce sera bien sûr en fonction de la gravité du crime, et je pense que tout le monde est d’accord pour dire que notre système judiciaire est indépendant.

Répondant à Nando Bodha, qui a déclaré que ce projet de loi est anticonstitutionnel, le ministre lui a demandé de dire “Comment ?” et de donner des exemples !

Lors de son résumé, le ministre a répété que ce projet de loi vise à protéger nos enfants des pédophiles, “est-ce une menace pour la liberté des gens ?”

Le gouvernement, a-t-il ajouté, veut agir contre les faux profils, surtout ceux qui se cachent pour faire du mal à nos enfants, nos jeunes, nos personnes âgées, toute personne vulnérable. Mais certaines personnes veulent qu’on les laisse faire ce qu’elles veulent.

Et ceux qui publient des commentaires racistes, ou les acceptent sur leurs murs.

Nous ne voulons pas laisser ces personnes malveillantes menacer notre sécurité nationale. Cependant, certaines personnes veulent les soutenir. D’ailleurs, dit-il, de l’autre côté de la pièce, il n’y a que des défenseurs des faux profils !

Shakeel Mohamed

Shakeel Mohamed estime qu’il s’agit presque d’une copie de l’ancienne loi

“Je suis d’accord avec le ministre qui a présenté cette loi. Au moins sept délits qui existaient dans l’ancienne loi de 2003 ont été plus ou moins reproduits dans le projet de loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité”, a déclaré le député du n°3. Avant d’ajouter que certaines ont été mises à jour, afin que Maurice soit en conformité avec la Convention de Budapest, en matière de cybersécurité.

Cependant, selon Shakeel Mohamed, ce projet de loi risque de nuire aux internautes qui critiquent le gouvernement. Les commentaires pourraient être interprétés comme inexacts et entraîner des arrestations et des amendes.

Nando Bodha

Nando Bodha plaide pour une commission de surveillance

“Au lieu d’appliquer cette loi, je propose de mettre en place une autorité de surveillance de la cybersécurité, avec des experts du secteur public et privé. Ce comité aura un œil sur ce secteur”, a déclaré Nando Bodha.

Le député de l’opposition a demandé que les droits de chaque citoyen soient respectés. Citant des statistiques, il a indiqué que 850 000 personnes possèdent un compte Facebook et que le pays compte deux millions d’abonnés au réseau de téléphonie mobile. Le nombre de détenteurs de comptes LinkedIn est de 350 000 et le nombre de ceux qui sont sur Twitter est de 400 000. Des milliers de messages sont envoyés chaque jour.

Kalpana Koonjoo-Shah

Kalpana Koonjoo-Shah “Assurons la protection de nos enfants

La ministre de l’égalité des sexes, s’est dite préoccupée par l’augmentation des cybercrimes à Maurice. De faux comptes sont créés avec l’intention de causer du tort. Par conséquent, l’objectif de ce projet de loi est de protéger chaque citoyen.

Il n’y a aucune raison de nier la liberté d’expression de chacun. L’île Maurice, rappelle-t-elle, est un pays démocratique. Chacun a le droit de s’exprimer.

Grâce à ce projet de loi, le cyberespace de chacun sera sécurisé.

Les actions antipatriotiques ne doivent pas être tolérées, tout comme les commentaires haineux qui peuvent enflammer le pays.

Ce projet de loi, a-t-elle dit, arrive à point nommé pour protéger nos enfants, qui utilisent beaucoup Internet en raison des cours en ligne. Ils sont encore plus exposés et avec ce projet de loi, nous pouvons assurer leur protection.

Richard Duval : “C’est une condition sine qua non pour nous protéger

Richard Duval : “Nous vivons à l’ère de la technologie et de l’innovation et c’est une condition sine qua non pour nous protéger des cyber-attaques et autres attaques sur les individus et même sur notre pays, de la part de personnes malveillantes.”

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles