20.2 C
Port Louis
Wednesday, June 29, 2022

Download The App:

Read in English

spot_img

Le FMI Est D’avis Que Maurice Se Remet Petit A Petit De La Pandémie

Doit Lire

Le Fonds Monétaire International (FMI) a soumis son rapport, après les consultations faites en 2022 avec les autorités mauriciennes. Dans cette publication, on indique que l’ile Maurice se remet petit à petit de la pandémie.

En concluant les consultations au titre de l’article IV avec Maurice, les administrateurs ont approuvé l’évaluation suivante des services du FMI : L’économie se remet de la pandémie après une contraction substantielle en 2020. L’impact sanitaire de la pandémie a été géré avec succès, notamment par une remarquable campagne de vaccination couvrant plus de 90 % de la population éligible en mai 2022. La croissance économique a commencé à se redresser, la plupart des secteurs ayant globalement retrouvé les niveaux de production antérieurs à la pandémie, à l’exception du tourisme, où l’activité reste modérée.

Selon le FMI, « le PIB réel a augmenté de 4 % en 2021, de nombreux secteurs ayant retrouvé leur niveau d’activité économique d’avant la pandémie, tandis que le secteur du tourisme est resté en retrait. Dans ce contexte, le déficit de la balance courante s’est considérablement creusé. Les résultats budgétaires devraient s’améliorer au cours de l’exercice 2021/22 grâce aux opérations quasi budgétaires, bien que la pandémie et les nouvelles pressions sur les dépenses courantes pèsent sur le solde budgétaire. » Le FMI note que l’inflation a considérablement augmenté, passant de 2,7 % à la fin de 2020 à 6,8 % à la fin de 2021, puis à 11 % à la fin d’avril 2022. L’inflation a fortement augmenté en raison des goulets d’étranglement de l’offre mondiale, de la hausse des prix des carburants et des denrées alimentaires, des coûts de transport et de la dépréciation passée de la roupie souligne le rapport.

Il est un fait que le secteur financier, y compris le segment des Global Business Companies (GBC), est resté stable en 2021. Mais on note que Maurice a quitté la liste des juridictions sous surveillance accrue du Groupe d’action financière (GAFI) en octobre 2021 et les listes analogues de l’UE et du Royaume-Uni peu après.

Pour le FMI, le gouvernement mauricien prévoit une croissance du PIB réel de 6,1 % en 2022, le rebond économique devrait être principalement porté par le secteur du tourisme, les arrivées de touristes devant atteindre 60 % de leur niveau d’avant la pandémie. Le chômage devrait diminuer à mesure que l’économie se redresse et revenir à la tendance à moyen terme. L’inflation annuelle devrait atteindre 11,4 % en 2022 en raison de la flambée des prix des produits de base, de la dépréciation passée de la roupie et de la reprise de la demande intérieure. L’économie devrait converger vers sa croissance tendancielle prépandémique de 3-3½ pour- cent à moyen terme.

Les perspectives pour Maurice sont soumises à des risques de baisse, notamment en raison de la guerre en Ukraine. La hausse de l’inflation mondiale réduit le revenu réel disponible et pourrait peser sur la demande mondiale, notamment pour le tourisme, et sur les coûts de fret.

La trajectoire d’assainissement budgétaire doit être soigneusement calibrée afin de trouver un équilibre entre le redressement après la pandémie et la viabilité à long terme du budget et de la dette. La dette publique est élevée après avoir augmenté pendant la pandémie. La performance budgétaire continue d’être affectée par la pandémie et les pressions renouvelées sur les dépenses courantes. Le FMI est d’avis que des transferts ciblés vers les personnes vulnérables pourraient être nécessaires face à la forte augmentation des prix des denrées alimentaires et des carburants. Si l’économie continue de se redresser, les recettes devraient augmenter et les dépenses être réduites, notamment par une réforme du système de retraite, afin de placer la dette sur une trajectoire descendante à moyen terme.

IMF Table

La réforme de la loi sur la BOM devrait interdire les transferts de la banque centrale au gouvernement

Le cadre de la politique monétaire doit être modernisé et la crédibilité et l’indépendance de la banque centrale doivent être préservées. Les services du FMI recommandent que le nouveau cadre de politique monétaire soit rapidement mis en place afin de soutenir l’efficacité de la politique. Conformément au cadre de ciblage de l’inflation, la stratégie d’intervention en devises de la Banque de Maurice (BOM) devrait viser à atténuer la volatilité tout en permettant généralement une flexibilité du taux de change, facilitant ainsi l’ajustement macroéconomique. Le gouvernement doit recapitaliser la BOM conformément à la législation en vigueur pour que la BOM puisse supporter les coûts de la politique monétaire.

Pour renforcer l’indépendance opérationnelle et la position financière de la banque centrale, la réforme de la loi sur la BOM devrait interdire les transferts de la banque centrale au gouvernement et le financement quasi-fiscal. L’abandon de la propriété de la MIC par la BOM serait également utile à cet égard.

Pour le FMI, Maurice doit s’engager dans une transformation structurelle pour poursuivre sur la voie d’une croissance durable et résiliente à long terme. Les priorités devraient être le renforcement de la diversification et de la compétitivité, y compris une plus grande numérisation de l’économie et des politiques d’adaptation et d’atténuation pour faire face aux vulnérabilités du changement climatique.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles