20.2 C
Port Louis
Friday, June 21, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Le Congo Veut Augmenter Sa Participation Dans La Coentreprise De Cuivre Et De Cobalt Avec La Chine

Doit Lire

L’accord de coentreprise sur le cobalt et le cuivre ne laisse à la République démocratique du Congo que très peu de bénéfices, mais donne une quantité excessive des ressources du Congo. Le pays veut donc augmenter sa participation dans l’accord de coentreprise avec les entreprises chinoises de 32 % à 70 %.

Dans un document détaillé, le Congo a présenté ses objectifs pour augmenter sa participation et avoir plus de pouvoir de gestion sur l’entreprise Sicomines, qui est principalement contrôlée par des sociétés chinoises. Les demandes formulées dans le document précèdent les discussions visant à renégocier un pacte de 6 milliards de dollars portant sur les infrastructures et les minerais 

Les négociations devraient avoir lieu après que les parties congolaises aient “consolidé leur position” sur l’accord de 2008, a déclaré le président congolais Félix Tshisekedi, qui doit se rendre en Chine le 19 mai.

Selon le Congo, il s’agit d’un accord injuste qui lui permet de contrôler les opérations de l’entreprise, ainsi que les ressources et l’argent qui sortent du pays.

Afin de concilier les positions de négociation des institutions congolaises chargées de superviser l’exécution de l’accord, il a ordonné la formation d’une commission ad hoc en mars.

L’Inspection générale des finances (IGF), l’Agence de supervision, de coordination et de suivi des accords de collaboration signés entre la République démocratique du Congo et les partenaires privés, la société minière d’État Gecamines, la présidence, le gouvernement et la société civile étaient tous représentés au sein de la commission.

La légitimité du document et des conclusions non rapportées a été attestée par deux membres de la commission.

Selon les sources, les discussions du Congo avec les entreprises chinoises seraient basées sur ces conclusions.

Selon Reuters, la commission a recommandé que le Congo cherche à obtenir une plus grande participation dans Sicomines parce que l’accord de 2008 ne tenait pas compte des réserves estimées à 90,9 milliards de dollars que la Gecamines avait apportées à la table des négociations.

En échange d’une participation de 68 % dans Sicomines, la coentreprise de cobalt et de cuivre avec la société minière publique de la République démocratique du Congo, Sinohydro Corp. et China Railway Group Limited s’est engagée à construire des routes et des hôpitaux.

Le cobalt utilisé dans les batteries est le plus souvent produit au Congo, qui est également un important producteur de cuivre.

Afin de rendre l’accord de coentreprise plus équitable pour le Congo, le groupe d’experts a recommandé que le Congo cherche à obtenir une participation de 60 % dans Sicomines pour Gecamines et sa filiale, avec une participation non diluable de 10 % pour l’État et de 30 % pour les entreprises chinoises.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles