23 C
Port Louis
Sunday, June 16, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

La Semaine De Travail De Quatre Jours : Comment Les Pays D’Europe Ont Expérimenté La Semaine De Quatre Jours. Succès Ou Échec ?

Doit Lire

La semaine de travail traditionnelle de cinq jours a été la norme pendant des décennies, mais comme l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée devient de plus en plus important pour les employés, la semaine de travail de quatre jours suscite un intérêt croissant. Cet horaire a été présenté comme améliorant le bien-être des employés, augmentant la productivité et réduisant les émissions de carbone. Toutefois, la question demeure : la semaine de travail de quatre jours est-elle un succès ou un échec ?

Le concept de la semaine de travail de quatre jours n’est pas nouveau et certains pays l’ont déjà mis en œuvre. Par exemple, la Nouvelle-Zélande a essayé une semaine de travail de quatre jours en 2018, et cela a été considéré comme un succès. De même, au Japon, Microsoft a mis en place une semaine de travail de quatre jours, et la productivité a augmenté de 40 %. Toutefois, ces essais ont été menés à petite échelle et ne sont pas nécessairement reproductibles à plus grande échelle.

L’idée est simple : les employés doivent travailler quatre jours par semaine tout en percevant le même salaire et en bénéficiant des mêmes avantages, mais avec la même quantité de travail. Les entreprises qui ont raccourci leur semaine de travail fonctionneraient avec moins de réunions et plus de travail indépendant.

Pour un meilleur avenir de la productivité des employés et de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, le modèle de la semaine de travail de quatre jours soutient qu’à chaque fois qu’il est mis en œuvre, la satisfaction des travailleurs et la productivité augmentent.

Les syndicats européens demandent aux gouvernements d’autoriser la semaine de travail de quatre jours, mais quels sont les pays qui ont testé cette idée avec succès ?

La Belgique

En février 2022, les salariés belges ont acquis le droit d’effectuer une semaine de travail en quatre jours au lieu de cinq, sans perdre leur salaire. La loi a été imposée en novembre 2021, permettant aux employés de décider s’ils souhaitent travailler quatre ou cinq jours par semaine.

Cela ne signifie pas pour autant que les employés travailleront moins, mais qu’ils devront effectuer l’ensemble de leur semaine de travail en quatre jours seulement. 

Alexander Croo, Premier ministre belge, espère que le projet de loi rendra le marché du travail belge plus flexible et permettra aux travailleurs de concilier plus facilement leur vie de famille et leur carrière.

Il a ajouté que le nouveau modèle devrait conduire à une économie plus puissante.

“L’objectif est de donner aux personnes et aux entreprises plus de liberté pour aménager leur temps de travail”, a-t-il déclaré. “Si vous comparez notre pays à d’autres, vous constaterez souvent que nous sommes beaucoup moins dynamiques”, a-t-il ajouté. 

Selon les données d’Eurostat pour le troisième trimestre 2021, environ 71 Belges sur 100 âgés de 20 à 64 ans ont un emploi, ce qui est inférieur à la moyenne de la zone euro qui est d’environ 73 et un total de 10 points de pourcentage par rapport aux pays voisins tels que les Pays-Bas et l’Allemagne. 

La coalition fédérale belge, composée de sept partis, vise à atteindre un taux d’emploi de 80 % d’ici 2030, dans l’espoir de maintenir des pensions légales abordables ou de financer de futures réductions d’impôts.

Cependant, tous ne sont pas favorables à la semaine de travail de quatre jours. 

Certains salariés à temps plein risquent de faire de très longues journées s’ils condensent leurs heures de travail, et d’autres, comme les travailleurs postés, ne pourront pas travailler deux jours par semaine.

Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, les entreprises qui ont testé pendant six mois la semaine de travail de quatre jours cherchent maintenant à rendre permanente la semaine de travail plus courte, après une expérience “extrêmement réussie”.

Même les grandes entreprises ont participé à l’initiative d’essai de six mois qui a débuté le 6 juin de l’année dernière afin de prendre note de l’impact de la réduction du temps de travail sur le fonctionnement des entreprises, tout en préservant le bien-être des travailleurs et l’impact sur l’environnement de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes.

Environ 61 entreprises britanniques et plus de 3 300 employés ont participé au programme, mené par des chercheurs de Cambridge, de l’Université d’Oxford et du Boston College, ainsi que par les groupes de pression à but non lucratif 4 Day Week Global, 4 Day Week UK Campaign et le groupe de réflexion britannique Autonomy.

À l’issue de la période d’essai, la majorité des entreprises (92 %) ont décidé d’appliquer la politique de la semaine de quatre jours, ce qui fait du programme pilote une “avancée majeure”.

Au cours de la période d’essai, les employés ont été invités à suivre le modèle “100:80:100”, c’est-à-dire à recevoir 100 % de leur salaire pendant 80 % de leur temps de travail, en échange d’une productivité d’au moins 100 %.

Joe Ryle, directeur de la campagne britannique pour la semaine de 4 jours, a déclaré que “des programmes similaires devraient être lancés aux États-Unis et en Irlande, et d’autres sont prévus au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande”.

Écosse et Pays de Galles

Un essai gouvernemental devrait débuter en 2023 en Écosse, tandis que le Pays de Galles prévoit lui aussi une période d’essai. 

La décision a été prise par le parti national écossais (SNP) au pouvoir. Les employés verront leur travail réduit à 80 % sans perte de rémunération.

Le gouvernement a cité le dernier sondage réalisé par le groupe de réflexion écossais Institute for Public Policy Research (IPPR) en Écosse, qui indique que 80 % des personnes interrogées ont réagi positivement à l’initiative.

Les personnes interrogées pensent que le programme améliorera leur santé et leur bonheur. 

L’Écosse considère l’Islande et ses résultats probants comme la raison pour laquelle l’Écosse a lancé un essai de semaine de travail de quatre jours.

Le groupe UPAC, basé à Glasgow, espère que ses employés apprécieront une semaine de quatre jours avec le même salaire après un programme d’essai réussi, et certaines entreprises écossaises ont déjà condensé leur semaine de travail.

Jack Sargeant, membre du Senedd et président de la commission, a informé le site web Nation. Cymru que le Pays de Galles allait prendre l’initiative d’explorer la semaine de quatre jours.

Il a déclaré : “C’est une proposition audacieuse, mais pas plus audacieuse que les militants qui se sont battus pour la semaine de cinq jours, les congés payés et les indemnités de maladie, que nous considérons aujourd’hui comme acquis”.

“Lorsque nous demandons une semaine de quatre jours, nous parlons de réduire les heures de travail au sein d’une organisation, mais pas de réduire le taux de rémunération. Il existe plusieurs essais qui suggèrent que la productivité augmente.”

Espagne

L’année dernière, le petit parti de gauche Mas Pais a déclaré publiquement que le gouvernement avait accepté sa demande d’autoriser un programme pilote de semaine de travail de quatre jours. Le projet pilote a été lancé en décembre.

Il a aidé les PME à réduire leur semaine de travail d’une demi-journée, sans compromettre les salaires.

Il s’agissait d’un test visant à déterminer si la productivité pouvait être améliorée. Le ministère espagnol de l’industrie a déclaré que les entreprises qui ont participé au projet ont reçu 10,7 millions de dollars du fonds gouvernemental, mais à condition de prévoir des moyens d’augmenter la productivité qui valent le coût salarial.

Les changements doivent être mis en œuvre dans un délai d’un an, tandis que l’entreprise doit appliquer le programme pendant au moins deux ans.

Au cours de la première année, le gouvernement financera en partie les coûts salariaux dans le cadre du projet pilote et fournira une aide pour la formation des fonds afin d’accroître l’efficacité. Les travailleurs ayant un contrat permanent à temps plein ne peuvent participer qu’à ce programme.

Islande

Entre 2015 et 2019, l’Islande a mené le plus grand projet pilote au monde sur la semaine de 35 à 36 heures en réduisant les 40 heures de travail traditionnelles, sans qu’il soit décidé de réduire les salaires. 

Environ 2 500 personnes ont participé à la phase de test.

Les résultats du test ont été fournis par le groupe de réflexion britannique Autonomy et l’association islandaise à but non lucratif Association pour le développement durable et la démocratie (ALDA), afin de garantir un contrôle de qualité.

Le projet pilote a été qualifié de succès par les chercheurs et les syndicats islandais en échange d’une réduction du temps de travail.

L’étude a entraîné un changement remarquable en Islande : environ 90 % de la population active a vu ses heures de travail réduites et a bénéficié d’autres aménagements.

Les chercheurs ont découvert que la réduction du stress et de l’épuisement professionnel des travailleurs s’accompagnait d’une amélioration de l’équilibre vie-travail, même si tous les gouvernements n’ont pas connu le même succès que l’Islande avec le programme de la semaine de travail de quatre jours.

La Suède

En Suède, la semaine de travail de quatre jours sans aucune compensation a été testée en 2015, mais les résultats ont été mitigés.

L’essai comprenait des journées de travail de six heures plutôt que de huit heures sans réduction de salaire, mais tout le monde n’était pas d’accord avec l’idée de dépenser de l’argent pour un essai.

Les partis de gauche ont également estimé que l’idée était très coûteuse pour être menée à grande échelle.

Des résultats positifs ont été enregistrés dans les unités d’orthopédie d’un hôpital universitaire, où 80 infirmières et médecins sont passés à une journée de travail de six heures, et où de nouveaux employés ont été nommés pour compenser les heures perdues.

Si l’expérience a fait l’objet de critiques et n’a pas été reprise, des résultats positifs ont été constatés par le personnel médical. Cependant, des entreprises comme le constructeur automobile Toyota ont décidé de fonctionner avec des heures de travail réduites pour leurs travailleurs. Toyota avait déjà prévu de le faire dans le domaine de la mécanique il y a 10 ans et a maintenu sa décision.

Malgré les nombreuses revendications, la Finlande n’a pas encore introduit la semaine de travail de quatre jours.

Ce pays d’Europe du Nord a fait la une des journaux internationaux après avoir réduit considérablement le temps de travail au début de l’année 2023.

Le gouvernement finlandais cherchait à introduire une semaine de travail de quatre jours ainsi qu’une journée de six heures. Cependant, cette nouvelle a été qualifiée de fausse et le gouvernement a dû faire une mise au point.

Sanna Martin, l’actuelle première ministre suédoise, a tweeté l’idée en août 2019, mais elle ne fait pas partie de l’agenda du gouvernement.

L’Allemagne

La durée moyenne de la semaine de travail en Allemagne est l’une des plus courtes d’Europe. La semaine de travail moyenne est de 34,2 heures, selon le Forum économique mondial (WEF).

Les syndicats continuent de réclamer une réduction du temps de travail.

Même le plus grand syndicat du monde, IG Metall, a demandé des semaines de travail plus courtes, car cela permettrait de conserver plus facilement les emplois et d’éviter les licenciements.

Selon une enquête de Forsa, 71 % des travailleurs allemands préfèrent travailler seulement quatre jours par semaine.

Les trois quarts des personnes interrogées ont indiqué qu’elles étaient favorables à ce que le gouvernement trouve des moyens d’inculquer la semaine de quatre jours. Plus de deux employeurs sur trois y sont favorables. 

Une majorité de 75 % considère que la semaine de quatre jours est favorable aux employés, tandis qu’une majorité de 59 % estime qu’elle devrait également être favorable aux employeurs.

Environ 46 % des employeurs ont déclaré qu’ils considéraient l’essai d’une semaine de quatre jours sur leur lieu de travail comme “faisable”.

On ne sait pas encore si cette demande sera mise en œuvre ou si elle fera l’objet de discussions.

Jusqu’à présent, seules les petites entreprises en phase de démarrage testent la réduction de la semaine de travail.

Japon

Au Japon, les grandes entreprises testent la semaine de travail de quatre jours après que le gouvernement a annoncé, en 2021, qu’un plan visant à améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée devait être mis en place dans l’ensemble du pays.

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles ce plan est favorable au pays, car les décès dus au surmenage ont coûté la vie à de nombreuses personnes.

Les employés qui font des heures supplémentaires tombent malades à cause de la surcharge de travail ou développent des comportements suicidaires.

En 2019, Microsoft a fait une expérience avec ses employés en leur offrant des week-ends de trois jours pendant un mois.

Cela a permis d’augmenter la productivité de 40 % et d’obtenir un travail plus efficace.

Nouvelle-Zélande

En Nouvelle-Zélande, 81 employés travaillant pour Unilever, un géant des biens de consommation, testent pendant un an la semaine de travail de quatre jours avec un salaire complet.

Nick Bangs, directeur général d’Unilever Nouvelle-Zélande, a déclaré : “Notre objectif est de mesurer les performances en fonction de la production et non du temps. Nous pensons que les anciennes méthodes de travail sont dépassées et ne sont plus adaptées. 

Si l’expérience est concluante, elle sera mise en œuvre dans d’autres pays.

États-Unis et Canada

Une majorité d’environ 92 % des travailleurs américains préfèrent une semaine de travail plus courte, même s’ils doivent travailler plus longtemps, selon une enquête réalisée par le fournisseur de logiciels en nuage Qualtrics.

L’enquête a révélé une amélioration de la santé mentale et une augmentation de la productivité des employés grâce aux avantages offerts.

Environ 74 % des salariés estiment qu’ils pourraient terminer leur travail en quatre jours avec la même charge de travail, mais les 72 % restants sont d’avis qu’ils devraient travailler plus longtemps pour achever leur travail.

Au Canada, une étude menée par l’agence mondiale pour l’emploi Indeed a révélé que 41 % des employeurs canadiens optent pour des horaires hybrides alternatifs et de nouveaux styles de travail depuis la pandémie de COVID-19.

L’enquête menée par Indeed auprès de 1 000 employeurs d’employés de bureau au Canada a révélé que 51 % des grandes entreprises de plus de 500 salariés sont “susceptibles de mettre en place des semaines de travail de quatre jours”.

En comparaison, 63 % des moyennes entreprises de 100 à 500 employés se disent prêtes à fonctionner avec une semaine de travail plus courte.

Selon un nouveau rapport de Maru Public Opinion, une majorité de travailleurs canadiens à temps plein, environ 79 %, ont accepté de réduire leur semaine de travail de cinq jours à quatre jours.

En conclusion, le succès ou l’échec d’une semaine de travail de quatre jours dépend des circonstances individuelles. Les données disponibles suggèrent qu’il s’agit d’une option viable pour certains secteurs et certaines entreprises, mais qu’elle peut ne pas convenir à d’autres. Avant de mettre en place une semaine de travail de quatre jours, les employeurs doivent en examiner les aspects pratiques et s’assurer qu’elle n’a pas d’incidence négative sur la productivité ou le bien-être des salariés. Si la semaine de travail de quatre jours présente des avantages, il est important de les mettre en balance avec les inconvénients potentiels avant de prendre une décision.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles