23 C
Port Louis
Thursday, June 13, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

La Première Ministre Écossaise Nicola Sturgeon Annonce Sa Démission Sur Fond De Critiques Concernant Le Projet De Loi Sur Le Changement De Sexe

Doit Lire

La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, 52 ans, qui a dirigé le mouvement indépendantiste du pays pendant huit ans, a annoncé qu’elle allait démissionner, au moment où sa volonté de permettre aux gens de changer de sexe légalement fait l’objet de critiques.

Elle a fait cette annonce mercredi lors d’une conférence de presse tenue dans sa résidence officielle d’Edimbourg, tout en déclarant que le devoir de bien servir est de savoir quand laisser la place à quelqu’un d’autre.

Elle a déclaré aux journalistes : “Dans ma tête et dans mon cœur, je sais que le moment est venu. Que c’est le bon moment pour moi, pour mon parti et pour mon pays.”

Depuis 2014, Sturgeon a dirigé l’Écosse lorsque les Écossais ont voté pour rester une partie du Royaume-Uni. Bien que le référendum ait été approuvé comme une décision d’indépendance unique en son genre, Mme Sturgeon et son Parti national écossais ont exigé un nouveau vote car, selon eux, la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne a modifié les règles du jeu. Mais le gouvernement britannique a refusé de sanctionner le second référendum.

Elle a déclaré qu’elle a lutté avec sa décision de démissionner, et que ce n’est “pas une réaction à des pressions à court terme.”

“Bien sûr, il y a des questions difficiles auxquelles le gouvernement est confronté en ce moment, mais quand est-ce que ce n’est pas le cas ?”.

L’annonce de Mme Sturgeon de démissionner a surpris les observateurs politiques au milieu de son soutien rigoureux à l’indépendance ainsi qu’à la mesure permettant aux Écossais de changer de sexe légalement.

En Écosse, le projet de loi sur la reconnaissance du genre, salué comme très important par les militants des droits des transgenres, permettrait aux personnes âgées de 16 ans ou plus en Écosse de changer légalement leur désignation de genre sur les documents d’identité par auto-déclaration, éliminant ainsi l’obligation d’opter pour un diagnostic médical de dysphorie de genre.

Le parlement écossais a adopté le projet de loi, mais le gouvernement britannique l’a entravé car il compliquerait la tâche des autorités d’autres régions du Royaume-Uni, qui exigent d’abord un diagnostic médical avant de modifier leur genre sur les documents légaux.

Mme Sturgeon s’est engagée à poursuivre le gouvernement britannique en justice et a affirmé que le gouvernement du Premier ministre Rishi Sunak a commis une “profonde erreur” en rejetant la législation.

Mme Sturgeon a été critiquée par certains membres du SNP pour avoir annoncé qu’elle ferait de la prochaine élection du parlement écossais un référendum de facto sur l’indépendance. Le mois prochain, le SNP tiendra une réunion pour discuter de cette stratégie, certains membres considérant qu’elle n’est pas valable et d’autres condamnant Sturgeon pour avoir attendu trop longtemps avant d’aller de l’avant.

Le projet de loi sur la reconnaissance du genre a été contesté par certains membres du parti qui estimaient qu’il négligeait l’importance de protéger les espaces non mixtes pour les femmes, tels que les refuges contre la violence domestique et les centres d’aide aux victimes de viol.

Comme le Pays de Galles et l’Irlande du Nord, l’Écosse fait partie du Royaume-Uni et est gouvernée par son propre gouvernement semi-autonome qui a des pouvoirs sur des questions telles que les soins de santé.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles