23.6 C
Port Louis
Thursday, May 30, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

La Menace Mondiale Du COVID-19 Prend Fin, Selon L’OMS

Doit Lire

Plus de trois ans après la déclaration du virus COVID-19, qui a causé la mort de plus de 6,9 millions de personnes dans le monde, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé vendredi la fin de l’état d’urgence mondial et a déclaré que les nations devaient désormais contrôler le virus, ainsi que d’autres maladies.

En janvier 2020, les Nations unies avaient déclaré la pandémie mondiale “urgence de santé publique de portée internationale”, soit le niveau d’alerte le plus élevé pour toute maladie. Toutefois, son comité d’urgence a suggéré jeudi que l’organisation mondiale annonce la fin de cette alerte.

L’annonce de la fin de la crise des maladies infectieuses a été faite par l’organisation des Nations unies en tant qu'”urgence de santé publique de portée internationale”, son niveau d’alerte le plus élevé ayant été déclaré à partir du 30 janvier 2020, après que le comité d’urgence de l’agence mondiale de la santé se soit réuni jeudi.  

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, a déclaré : “C’est donc avec beaucoup d’espoir que je déclare que le COVID-19 n’est plus une urgence sanitaire mondiale”, tout en soulignant que la fin de la crise du COVID-19 n’indique pas la fin de la menace qu’il représente. 

Certains membres de l’OMS se sont émus lors du briefing de la presse, persuadant les nations de réfléchir aux leçons que la pandémie nous a laissées. 

Maria Van Kerkhove, qui a pris la direction technique de l’OMS pour le COVID-19, a déclaré : “Nous ne pouvons pas oublier ces bûchers. Nous ne pouvons pas oublier les tombes qui ont été creusées. Aucun d’entre nous ici ne les oubliera”.

Selon les données de l’OMS, le taux de mortalité lié au COVID a été réduit, passant d’un pic de plus de 100 000 personnes par semaine en janvier 2021 à environ 3 500 personnes par semaine le 24 avril 2023, grâce aux programmes de vaccination à grande échelle, à l’accès à de meilleurs traitements et à l’augmentation de l’immunité de la population suite aux infections précédentes.

Michael Ryan, directeur des urgences à l’OMS, a déclaré : “La bataille n’est pas terminée. Nous avons encore des faiblesses et ces faiblesses que nous avons encore dans notre système seront exposées par ce virus ou par un autre virus. Il faut donc y remédier.

L’OMS ne précise pas le début ou la fin de la pandémie, mais elle a commencé à mentionner le terme COVID en mars 2020.

“Dans la plupart des cas, les pandémies se terminent réellement lorsque la pandémie suivante commence”, a déclaré M. Ryan.

Le président américain Joe Biden a annoncé la fin de la pandémie en 2022. À l’instar des autres pays, l’administration américaine a commencé à retirer les règlements relatifs à l’état d’urgence pour le COVID, qui prendra officiellement fin le 11 mai. Cela signifie qu’elle ne paiera pas les vaccins ni les tests sur les personnes et qu’elle se concentrera sur le marché commercial.

En avril 2022, la phase d’urgence mondiale de la pandémie de COVID-19 a pris fin et d’autres régions ont fait de même, a déclaré l’Union européenne.

Un probleme de sante publique important

Four months after China dismantled its regulations for COVID and led to the infectious surge worldwide, the WHO made its declaration.

The decision also suggests that WHO advisers believe a new, more dangerous coronavirus variant is unlikely to emerge in the coming months, although the virus remains unpredictable.

The decision implies that there’s a belief among WHO advisors that even though the virus is unpredictable, a more lethal COVID variant will not rise in the upcoming months.

WHO chief Tedros said, “I will not hesitate to convene another emergency committee should COVID-19 once again put our world in peril.”

COVID testing has significantly decreased, and most people have stopped wearing masks worldwide. Some countries have mandated wearing masks again during COVID outbreaks. The WHO also released an advisory for countries to co-exist with COVID in the long term.

Experts of infectious diseases say that COVID will continue to affect health systems worldwide in the long run.

An epidemiologist, Mark Woolhouse, at the University of Edinburgh, said, “No one should take (this) to mean COVID-19 is no longer a problem. It is still a significant public health problem and looks likely to remain one for the foreseeable future.”

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles