28.1 C
Port Louis
Wednesday, April 24, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

La Jamaïque Montre Sa Volonté De Participer À Un Déploiement Militaire En Haïti

Doit Lire

Mardi, le Premier ministre Andrew Holness a informé les législateurs que la Jamaïque serait prête à participer activement à un déploiement militaire international en Haïti. Il leur a également indiqué que la Jamaïque pourrait soutenir son voisin en matière de réformes électorales.

En octobre, les Nations unies ont conseillé le déploiement d’une “force d’action rapide” en Haïti, où les gangs ont colonisé de nombreuses régions après l’assassinat du président Jovenel Moise en 2021, qui a laissé un vide au niveau du pouvoir.

Cette situation a provoqué des échanges de coups de feu réguliers entre les policiers et les gangs. La semaine dernière, la police a bloqué les rues en signe de protestation après la mort de policiers. De violentes batailles de territoire entre gangs rivaux ont tué des centaines de personnes et en ont déplacé plusieurs autres.

Le Premier ministre haïtien Ariel Henry a demandé un soutien militaire étranger. Helen La Lime, représentante d’Haïti auprès des Nations unies, a demandé une plus grande urgence, affirmant que sans aide étrangère, la police ne peut pas gagner. Mais la plupart des pays sont prudents quant à l’envoi de leurs troupes.

Le Premier ministre jamaïcain Holness a informé les législateurs que “la Jamaïque serait disposée à participer à un déploiement multinational d’assistance à la sécurité en Haïti, selon les paramètres juridictionnels appropriés, afin de soutenir le retour à un niveau raisonnable de stabilité et de paix.”

La police et l’armée jamaïcaines ont été informées et se préparent à “de telles éventualités”, a-t-il ajouté.

Un conseiller présidentiel a déclaré à l’agence de presse britannique Reuters que le vice-président du Salvador, Felix Ulloa, a proposé d’envoyer une “équipe technique” en Haïti pour donner des conseils sur la lutte contre les gangs. Le pays d’Amérique centrale a connu des batailles sanglantes contre les gangs armés, ce qui a été critiqué par les groupes de défense des droits de l’homme.

Le bloc caribéen CARICOM a déposé la semaine dernière une déclaration dénonçant à la fois les récents meurtres de policiers par des gangs et les manifestations de la police en Haïti.

Holness a déclaré : “Nous avons continué à croire que toute solution doit être guidée par le travail du peuple haïtien.”

“Les développements de la semaine dernière démontrent toutefois que les progrès sur la voie de la restauration des institutions démocratiques et de l’État de droit restent très fragiles.”

Il a cité les “rapports croissants” d’enfants recrutés dans des gangs alors même qu’ils n’ont pas encore repris leur année scolaire.

En outre, M. Holness a déclaré que les discussions au sein de la CARICOM se poursuivront et que Kingston accueillera des réunions entre les dirigeants politiques et les représentants civils d’Haïti.

Mark Golding, chef de l’opposition jamaïcaine, a déclaré qu’il plaiderait pour la participation de la Jamaïque dans un cadre conçu par le Premier ministre, évoquant les “perspectives alarmantes” d’un nouvel effondrement pour le voisin haïtien.

Les compensations pour Haïti devraient être à l’ordre du jour des discussions, a déclaré M. Golding. Après l’indépendance d’Haïti, la France a imposé à son ancien territoire une dette énorme pour les “biens” perdus, notamment les esclaves, qu’Haïti a mis un siècle à rembourser et qui a entravé son progrès.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles