24.7 C
Port Louis
Sunday, January 29, 2023

Download The App:

Read in English

spot_img

La France Soutient La Candidature De L’Inde, De L’Allemagne, Du Brésil Et Du Japon Au Poste De Membre Permanent Du Conseil De Sécurité De L’Onu

Doit Lire

Dans le cadre de l’élargissement du Conseil de sécurité des Nations unies, la France a confirmé son soutien à l’Inde, l’Allemagne, le Brésil et le Japon en tant que membres permanents de l’organisation internationale.

La France a souligné la nécessité de prendre en compte la montée en puissance de nouvelles puissances prêtes et équipées pour assumer le poids d’une présence à long terme au sein de la puissante instance mondiale.

La représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies, Nathalie Broadhurst, a déclaré vendredi : “La position de la France est constante et bien connue. Nous voulons que le Conseil soit plus représentatif du monde d’aujourd’hui, d’une manière qui renforce encore son autorité et son efficacité.”

Elle a fait cette déclaration alors qu’elle s’adressait à l’Assemblée générale des Nations unies en séance plénière sur la “Question de la représentation équitable au Conseil de sécurité et de l’augmentation du nombre de ses membres, ainsi que d’autres questions ayant trait au Conseil de sécurité”.

Elle a ajouté : “Nous devons effectivement tenir compte de l’émergence de nouvelles puissances qui sont désireuses et capables d’assumer la responsabilité d’une présence permanente au Conseil de sécurité.”

Mme Broadhurst a déclaré qu’un Conseil immense pourrait contenir jusqu’à 25 membres afin de préserver son caractère exécutif et opérationnel.

Elle a déclaré : “La France soutient la candidature de l’Allemagne, du Brésil, de l’Inde et du Japon en tant que membres permanents. Nous souhaitons également une plus forte présence des pays africains, y compris parmi les membres permanents. Les sièges restants devraient être attribués de manière à obtenir une représentation géographique équitable.”

Elle a également ajouté que la question du veto est “éminemment sensible” et qu’il appartient aux États qui demandent un siège permanent de se déterminer. Elle a déclaré : “Dans cette réflexion, l’objectif doit rester double : d’une part, consolider la légitimité du Conseil de sécurité ; d’autre part, renforcer sa capacité à assumer pleinement ses responsabilités dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales.”

Elle ajoute : “C’est dans cet esprit que la France a proposé, dès 2013, que les cinq membres permanents du Conseil suspendent volontairement et collectivement l’usage du veto en cas d’atrocités de masse. Cette démarche volontaire ne nécessite pas une révision de la Charte mais un engagement politique des membres permanents.”

La France n’était pas seule dans ce cas, puisque le Royaume-Uni a lancé un appel pour que l’Inde, l’Allemagne, le Japon et le Brésil soient les membres permanents d’un Conseil de sécurité élargi. S’exprimant à cette occasion, l’ambassadrice Barbara Woodward, lors du débat de l’Assemblée générale sur la réforme du Conseil de sécurité jeudi, a déclaré : “Notre position est bien connue. Le Royaume-Uni appelle depuis longtemps à l’élargissement du Conseil de sécurité, tant dans la catégorie des membres permanents que dans celle des membres non permanents.”

Elle a ajouté : “Nous soutenons la création de nouveaux sièges permanents pour l’Inde, l’Allemagne, le Japon et le Brésil, ainsi qu’une représentation africaine permanente au Conseil. Nous sommes également favorables à un élargissement de la catégorie des membres non permanents, ce qui porterait le nombre total de membres du Conseil de sécurité à une vingtaine.”

Woodward a estimé qu’avec de tels changements, le Conseil serait plus représentatif du monde actuel. “Et, associé à un engagement renouvelé envers la Charte des Nations unies, il serait mieux à même de répondre de manière décisive aux menaces pesant sur la paix et la sécurité internationales”, a-t-elle ajouté.

Les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et la Russie, quatre des cinq membres permanents du Conseil, ont soutenu l’idée d’accorder à l’Inde un siège permanent au sein de l’organe des Nations unies. Le mois prochain, après que l’Inde aura présidé les 15 membres du Conseil de sécurité, son mandat actuel de membre non permanent de deux ans prendra fin.

L’Inde et les autres pays du G4, à savoir le Brésil, l’Allemagne, le Japon et New Delhi, ont mené la charge en faveur d’une réforme urgente du Conseil de sécurité, car cet organe est resté âprement divisé lorsqu’il s’agit de traiter les problèmes actuels. Selon l’Inde, si les puissances croissantes comme l’Inde n’ont pas de siège permanent à la table du fer à cheval, la légitimité du Conseil est en danger car il ne reflète pas adéquatement les réalités géopolitiques actuelles.

Le G4 maintient la nécessité de réformer en profondeur le Conseil de sécurité, notamment en augmentant le nombre de sièges dans les catégories de membres permanents et non permanents, en assurant une représentation régionale équitable, en adoptant des procédures de travail plus ouvertes et inclusives et en améliorant les relations avec les autres organes des Nations unies, tels que l’Assemblée générale.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles