19.4 C
Port Louis
Saturday, June 22, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

Journée Mondiale Des Océans : Le Chef De L’ONU Déclare Que Le “Plus Grand Réservoir De Biodiversité” Doit Être Protégé

Doit Lire

À l’occasion de la Journée mondiale des océans, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a lancé un message en faveur de la protection des océans dans le monde entier, dans lequel il a appelé à une action collective. 

Il a déclaré : “L’océan est le fondement de la vie. Il nous fournit l’air que nous respirons et la nourriture que nous mangeons. Il régule notre climat et notre météo. L’océan est le plus grand réservoir de biodiversité de notre planète”.

Le changement climatique, cause de nombreux problèmes

Outre ces avantages, les océans ont une utilité encore plus grande. Ils fournissent des ressources qui soutiennent les économies locales, la santé publique et les communautés. Les poissons représentent 17 % de la consommation mondiale de viande et constituent une source importante de protéines animales.

Guterres a également déclaré : “Nous devrions être les meilleurs amis des océans. Mais à l’heure actuelle, l’humanité est son pire ennemi”.

Le chef de l’ONU a également souligné que le changement climatique résultant de l’action de l’homme était à l’origine du réchauffement de la planète et qu’il perturbait les schémas et les courants océaniques, affectant les écosystèmes marins et le mode de vie des animaux marins. 

Journée Mondiale Des Océans
Le changement climatique résultant des actions humaines a été la cause du réchauffement de la planète

La vie marine est également affectée par l’acidification des océans, la surexploitation et la surpêche, la diminution des poissons, tandis que les masses d’eau naturelles ont été détruites par les déchets humains, les produits chimiques et les plastiques qui y sont jetés. 

L’océan, une solution suprême

Faisant allusion à l’aggravation de la situation, il a déclaré : “Mais cette année, la Journée mondiale des océans nous rappelle que les choses changent.”

À ce stade, le chef de l’ONU a rappelé qu’en décembre 2022, de nombreuses nations avaient convenu de réaliser un objectif mondial visant à conserver et à gérer 30 % des zones terrestres, marines et côtières d’ici à la fin de la décennie.

Un accord historique sur les subventions à la pêche et la conférence des Nations unies sur les océans à Lisbonne, au Portugal, où le monde a décidé de faire pression pour une action plus proactive, ont également eu lieu au cours de l’année écoulée.

Aucun problème mondial actuel, tel que le changement climatique, la sécurité alimentaire ou la pauvreté, ne peut être résolu sans prendre en compte l’océan comme solution potentielle.

Juste avant la Journée mondiale des océans, jeudi, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié cette déclaration.

Les océans ont un grand potentiel pour aider à nourrir la population mondiale en expansion et constituent déjà la principale source de protéines pour plus d’un milliard de personnes dans le monde.

L’aquaculture, c’est-à-dire l’élevage de poissons et de plantes aquatiques, s’est développée rapidement, selon Manuel Barange, directeur des politiques et ressources halieutiques et aquacoles à la FAO.

Il a déclaré : “L’aquaculture a été le système de production alimentaire qui a connu la croissance la plus rapide au cours des cinq dernières décennies, passant d’une production pratiquement nulle il y a trois ou quatre décennies à une production pratiquement identique à celle des pêches de capture aujourd’hui. Nous nous attendons à ce que l’aquaculture croisse d’environ 25 pour cent d’ici à la fin de la décennie”.

Afin de lutter contre la faim et la malnutrition, la FAO a lancé l’initiative “Transformation bleue”. Cette initiative vise à fournir des aliments d’origine marine pour lutter contre ces deux problèmes. 

Elle s’efforce de garantir la transparence pour les consommateurs tout au long de la chaîne de valeur des aliments aquatiques et une gestion efficace et durable des pêcheries.

Selon l’organisation, 600 millions de personnes dépendent de l’aquaculture et de la pêche pour vivre.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles