28.6 C
Port Louis
Monday, December 5, 2022

Download The App:

Read in English

spot_img

Agriculture Sous Abri/hydroponique : Des Systèmes Agricoles Résistants Au Climat À L’île Maurice

Doit Lire

La mise en place de fermes protégées, conformément à la politique du gouvernement visant à stimuler l’innovation agricole et à promouvoir l’agriculture durable et la production alimentaire locale de fruits et légumes, gagne en popularité à travers l’île Maurice.

Au cours des deux dernières années, quelque 59 planteurs ont bénéficié du programme d’agriculture protégée proposé par le Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI), pour la construction de serres financées à hauteur de Rs 15,9 millions alors que la subvention était de Rs 250 000. Au cours de ces deux années, le FAREI qui opère sous l’égide du ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire et qui est l’organe de mise en œuvre du régime d’agriculture protégée, a reçu plus de 200 demandes dans le cadre de ce régime.

Cependant, le budget 2022/23 prévoit un plan de relance pour encourager davantage la production de fruits et légumes en accordant 50 % jusqu’à un maximum de 500 000 roupies, pour l’achat d’une ferme abritée pour l’hydroponie et en l’étendant pour l’achat d’une deuxième ferme abritée. Une exonération de la TVA est également accordée pour l’achat de cette ferme.

En fait, pour l’exercice 2022/23, une somme de Rs 50 millions a été prévue pour encourager davantage les cultivateurs à adopter ce mode de production écologique qui réduit considérablement l’utilisation d’insecticides et de pesticides.

Plus de 50 demandes de subvention de 500 000 roupies sont déjà en cours de traitement par le FAREI. Les bénéficiaires sont, entre autres, les planteurs enregistrés auprès du Small Planters Welfare Fund (SFWF), opérant dans le secteur agro-industriel et engagés dans la production de cultures de haute valeur/horticoles et alimentaires sur une surface minimale de 0,5 arpent.

L’agriculture protégée à Maurice

En agriculture conventionnelle, explique M. A. Goolaub qui est Ag. Chief Executive Officer à FAREI, les agriculteurs cultivent des produits en plein champ mais, avec le temps, le changement climatique, les attaques de parasites et de maladies ont eu un impact sur la production en plein champ.

Ainsi, avec l’introduction de l’agriculture sous abri, qui est un concept dans lequel les produits sont cultivés dans une structure, soit une serre avec un toit en plastique, soit une serre à filet anti-insectes, les plantes sont protégées des insectes et du mauvais temps, indique-t-il. La qualité des légumes cultivés sous abri est également meilleure que celle des légumes cultivés en plein champ, ajoute-t-il.

Quant aux systèmes de culture hydroponique en serre, il souligne que les plantes sont alimentées en nutriments minéraux, ce qui permet une meilleure production.

À Maurice, l’agriculture sous abri a débuté en 2000 avec une dizaine de serres produisant principalement des tomates et des concombres anglais. Actuellement, environ 60 hectares sont consacrés à la culture hydroponique et produisent environ 10 000 tonnes de produits par an.

Qu’est-ce que l’hydroponie ?

L’hydroponie est la culture de plantes sans utiliser de terre. Le mot hydroponique est dérivé de deux mots grecs : “hydro” (eau) et “ponos” (travail). Les fleurs, herbes et légumes hydroponiques sont plantés dans des milieux de culture inertes et alimentés en solutions riches en nutriments, en oxygène et en eau. Ce système favorise une croissance rapide, des rendements plus élevés et une qualité supérieure.

Alors que les fruits et légumes poussent dans le sol de manière traditionnelle, l’hydroponie se développe principalement dans des serres ou dans des environnements fermés et contrôlés.

L’hydroponie nécessite moins de pesticides et d’herbicides, ce qui se traduit par des aliments plus sains à consommer. Les autres avantages sont les économies d’eau et d’espace.

Les cultures pratiquées en hydroponie sont les suivantes : haricot, concombre, laitue, melon, pois mange-tout, poivron, tomate, fraise et plantes ornementales comme le gerbera et la rose.

Hydroponics

Mise en place d’un système hydroponique

Une surface d’environ 400 m2 est nécessaire pour une unité hydroponique de 270 m2. Outre l’espace requis pour la serre, le terrain restant est destiné à la station de pompage, à la construction d’une plate-forme en béton pour un réservoir d’eau et à un magasin.

Il est important de remplir certaines conditions pour la mise en place d’un système hydroponique, notamment : un terrain plat ou nivelé ; un approvisionnement permanent en eau ; une alimentation électrique ; une main-d’œuvre qualifiée/formée.

En outre, le futur cultivateur doit se munir de l’équipement et du matériel nécessaires au démarrage d’un système hydroponique, notamment : Une structure de serre, une feuille de plastique traitée contre les UV et un filet anti-insectes ; un système de fertigation ; des engrais hydroponiques ; des substrats de culture ; des graines et un substrat (pour la production de semis) ; une balance électronique et une balance à ressort ; un pH-mètre, un EC-mètre, un thermomètre et un hygromètre ; une pompe à eau ; un générateur d’électricité en cas de panne de courant ; des pinces, des crochets et des cordes pour soutenir les plantes (palissage) ; des pesticides et des désinfectants.

Le producteur local, M. Sanjay Proag du Camp de Masque Pavé, qui cultive la terre en plein champ depuis 20 ans et produit principalement des ananas, des bananes et des légumes, s’est tourné vers l’agriculture protégée depuis 2017. Il emploie une dizaine de personnes qui travaillent dans sa ferme abritée qui produit des tomates, des concombres anglais, des aubergines et des fraises qui sont tous commercialisés localement dans les supermarchés de l’île Maurice.

Proag a lancé son projet avec une surface de 2000 m2 et a bénéficié du programme d’agriculture protégée lorsque la subvention était de 250 000 roupies. Dans le cadre de l’agriculture protégée, dit-il, les produits sont cultivés tout au long de l’année avec moins de pesticides, ce qui nécessite moins de main-d’œuvre et permet de produire davantage que la culture en plein champ.

S’il reconnaît que la mise en place initiale d’un système d’agriculture protégée a été un peu difficile car elle a nécessité beaucoup d’investissements, il affirme cependant que ce défi a été relevé avec le soutien du ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire grâce à l’octroi d’une subvention de 250 000 roupies. Cette aide, dit-il, a apporté un soulagement à bien des égards, notamment en 2020 lors de la pandémie de COVID-19, lorsque plusieurs secteurs ont été touchés et que les fonds étaient maigres.

L’agriculteur local souligne également sa volonté d’étendre son projet d’agriculture protégée à l’avenir afin de progresser et, par conséquent, de bénéficier du programme d’agriculture protégée de Rs 500 000 dans cette optique.

Mode d’application pour le programme d’agriculture protégée

Les candidats éligibles qui souhaitent bénéficier de ce programme doivent remplir et soumettre le formulaire de demande approprié, accompagné des pièces justificatives, aux bureaux auxiliaires les plus proches du Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI) pour la suite du processus.

Les documents à présenter sont les suivants : une copie de la carte d’enregistrement du SFWF, une copie de la carte d’identité, une copie des permis et licences autorisant les activités agricoles, une preuve de financement pour le montant restant de l’investissement proposé et le(s) devis du(des) fournisseur(s).

Les bénéficiaires auront l’obligation de signer un accord avec le ministère de l’agro-industrie et de la sécurité alimentaire (représenté par FAREI) après approbation de leurs demandes respectives de soutien financier.

Les formulaires de demande sont disponibles dans tous les sous-bureaux de vulgarisation agricole du FAREI à Maurice.

Numéro de contact du bureau de vulgarisation agricole

  • Bureau secondaire de Long Mountain 245 5759
  • Bureau secondaire de Solitude 261 9216
  • Ferme modèle de Mapou 266 2087
  • Goodlands Sub Office 282 0563
  • Rivière du Rempart Sub Office 412 9969
  • Bureau secondaire de Bon Accueil (mercredi seulement) 418 9482
  • Ferme modèle de Flacq 413 8125/413 4617
  • Sous-bureau de Beau Champ (uniquement le lundi) 417 6699
  • Bureau secondaire de L’Unité 416 9209
  • Bureau secondaire de St Pierre 433 9350/433 4378
  • Bureau secondaire de Vacoas 606 3087
  • Maison des Eleveurs (Henrietta) 684 1228
  • Bureau secondaire de Wooton 670 7453
  • Union Park Sub Office 677 1419
  • Ferme modèle de la Rivière des Anguilles 629 2554
  • Centre de démonstration de Plaisance 637 8112
- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles