19.4 C
Port Louis
Friday, June 21, 2024

Download The App:

Read in English

spot_img

2022, L’une Des Années Les Plus Chaudes – Rapport De L’ONU Sur Le Climat

Doit Lire

L’année 2022 a été considérée comme la cinquième ou la sixième année la plus chaude, avec une température mondiale moyenne de 1,15 degré Celsius, supérieure à la moyenne préindustrielle, malgré la rare troisième année de La Nina, un phénomène naturel qui refroidit temporairement certaines parties de l’océan Pacifique et qui affecte les conditions météorologiques à travers le monde.

Un jour avant la Journée de la Terre, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié vendredi un rapport de 55 pages indiquant que les huit dernières années ont été les plus chaudes au monde.

Le rapport analyse des mois de données météorologiques qui suggèrent que les inondations, les sécheresses et les vagues de chaleur meurtrières à travers le monde ont drainé des milliards de dollars. En outre, les niveaux de chaleur et d’acidité des océans ont été les plus élevés, de même que la diminution de la glace de mer de l’Antarctique et des glaciers des Alpes européennes.

Petteri Taalas, secrétaire général de l’OMM, a déclaré : “En 2022, la sécheresse persistante en Afrique de l’Est, les précipitations record au Pakistan et les vagues de chaleur record en Chine et en Europe ont touché des dizaines de millions de personnes, entraîné une insécurité alimentaire, stimulé les migrations massives et coûté des milliards de dollars en pertes et en dommages”.

Selon le rapport météorologique de l’OMM, la Chine a connu la vague de chaleur la plus longue et la plus importante jamais enregistrée, avec un été qui n’a pas seulement été le plus chaud jamais enregistré, mais qui a dépassé le précédent record de plus de 0,5 degré Celsius (0,9 degré Fahrenheit).

Le rapport indique que la sécheresse en Afrique a réussi à chasser plus de 1,7 million de personnes en Somalie et en Éthiopie, tandis que les inondations destructrices du Pakistan ont mis un tiers du pays sous l’eau, entraînant le déplacement d’environ 8 millions de personnes.

Quelles que soient les mesures prises pour réduire les émissions de gaz qui retiennent la chaleur en raison de l’augmentation de la pollution, “malheureusement, ces tendances négatives dans les schémas météorologiques et tous ces paramètres pourraient se poursuivre jusque dans les années 2060”, a déclaré M. Taalas. “Nous avons déjà perdu le jeu de la fonte des glaciers et de l’élévation du niveau de la mer. C’est donc une mauvaise nouvelle”, a-t-il ajouté.

Conclusions du rapport de l’OMM

  • La glace de mer de l’Antarctique a atteint un niveau historiquement bas en juin et juillet derniers. Les océans ont été enregistrés comme étant les plus chauds, leur surface ayant subi environ 58 % de la vague de chaleur marine.
  • Les principaux glaciers utilisés pour les bilans de santé par les scientifiques ont fondu de plus de 1,3 mètre (51 pouces) en une seule année et c’est pour la première fois que la neige a complètement fondu sur les glaciers de Suisse pendant la saison estivale.
  • Le taux élevé de fonte des glaciers et les records de chaleur des océans, qui provoquent une montée des eaux, contribuent à une hausse moyenne de 4,62 mm chaque année de 2013 à 2022. Cela calcule le double de la hausse du niveau des mers au cours de la première décennie, 1993-2002, ce qui se traduit par une augmentation de plus de 10 cm depuis le début des années 1990.
  • L’élévation du niveau global des mers à un rythme deux fois plus rapide que lors de la première décennie de mesures en 1993-2002 a établi un nouveau record en 2022.
  • Le niveau des océans peut encore augmenter d’un demi-mètre à un mètre (20 à 39 pouces) d’ici la fin du siècle en raison d’une fonte plus importante des glaces des calottes glaciaires et des glaciers et de l’expansion des eaux plus chaudes.

Perspectives d’avenir

“La bonne nouvelle, c’est que nous pourrions mettre un terme à cette tendance négative et même atteindre la limite de 1,5 degré (Celsius)”, a-t-il déclaré. Les plans novateurs des pays du G7 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) en matière de climat peuvent conduire le monde à atteindre l’objectif de Paris en matière de température pour 2015.

Par ailleurs, les climatologues ont déclaré qu’un nouveau record de température moyenne en 2023 ou 2024 serait dû à l’évolution des conditions météorologiques et qu’ils prévoyaient le retour des conditions chaudes d’El Niño.

Taalas a déclaré que les conditions météorologiques extrêmes persisteront jusque dans les années 2060 malgré les mesures prises pour réduire les émissions, mais il a également indiqué que nous pourrions bientôt avoir l’occasion de changer les choses.

- Advertisement -spot_img

Plus D'Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernières Nouvelles